Auchan: une employée fait une fausse couche en caisse, sa direction la sanctionne

REMY GABALDA / AFP

Employée dans le magasin Auchan City de Tourcoing, la jeune femme a fait une fausse couche à son poste. Elle a été sanctionnée par la suite car elle n’avait pas reçu l’autorisation de quitter sa caisse.

Que se passe-t-il dans les coulisses de ce magasin Auchan de Tourcoing, dans le Nord? Après le licenciement d'une caissière au mois d’août dernier pour une erreur de 85 centimes, cette fois, il s’agit d’une jeune femme sanctionnée pour avoir quitté son poste alors qu’elle était en train de faire une fausse couche. 

Contactée par France Inter, l’employée de 23 ans, renommée Fadila, explique qu’elle avait entamé au mois de novembre un contrat de professionnalisation d’hôtesse de caisse dans l’établissement de Tourcoing.

A la suite de malaises persistants, Fadila contracte un arrêt maladie le 3 novembre. Elle découvre ensuite que ces malaises sont dus à une grossesse. La jeune femme en informe son employeur et demande à son employeur des aménagements d’horaires et des autorisations supplémentaires pour se rendre aux toilettes, ces demandes seront refusées par la direction. Fadila raconte que son employeur "ne peut pas me répondre tout de suite car s'il fait ça pour moi, il doit faire ça pour tout le monde". "Je n'ai pas vu de changement, je ne pouvais pas aller aux toilettes délibérément, j'avalais mon vomi, je vous laisse imaginer", confie-t-elle à nos collègues de France Info.

Non autorisée à se rendre aux toilettes, Fadila fait une fausse couche derrière sa caisse

Après un nouvel arrêt de travail d’une semaine, la jeune femme retourne à son poste le 21 novembre. Cet après-midi-là, les douleurs deviennent de plus en plus intenses mais elle n’est toujours pas autorisée à quitter son poste. Les clients ont pourtant remarqué la pâleur de l’hôtesse de caisse. Fadila est, à ce moment-là, en train de faire une fausse couche. C’est en se levant de son siège recouvert de sang que la jeune femme s’en rendra compte. Questionnée par les pompiers, elle répondra qu’elle n’a pas pu aller aux toilettes alors qu’elle le demandait depuis trois heures.

Le lendemain, sa supérieure lui demande un justificatif pour expliquer les raisons de son départ avant la fin de sa journée de travail et lui demande même si Fadila peut reprendre son poste dès le lendemain. Une demande qui a profondément choqué la jeune femme alors qu’elle venait de passer la nuit à l’hôpital.

Samuel Meegens, le secrétaire général de la CGT de Tourcoing, dénonce le comportement de la direction dans un communiqué. "Nous sommes effarés de constater, jour après jour, les coups portés par le patronat envers les travailleurs, en particulier les plus fragilisés, en particulier les femmes. Il semble que le 'management' Auchan City soit un savant mélange d’indifférence, de mépris et d’incompétence."

Sur Internet, l’histoire de Fadila écœure les internautes. Ils sont nombreux à appeler au boycott de la chaîne de magasins, propriété de la famille Mulliez.

Le journaliste de l'émission de TMC Quotidien, Hugo Clément, s’est lui aussi emparé de l’affaire et demande que la direction d'Auchan réagisse.

Au pied du mur, le responsable de la communication du groupe Auchan se dit "attristé par l'épreuve rencontrée par cette personne", mais dément certains éléments factuels comme le révèle France Info.

Sur Twitter, le groupe Auchan a répondu aux nombreux messages en apportant quelques précisions. La jeune femme, elle, doit être reçue par le directeur des ressources humaines dès son rétablissement.

Capture Twitter @AUCHAN_France