Un ado meurt accroché à un train parce qu’il ne voulait pas marcher

Un jeune homme de 17 ans est mort le 23 janvier dernier après s’être accroché au wagon du RER C. Après avoir pensé au train-surfing, les enquêteurs penchent pour une explication beaucoup plus triviale.

Alain Jocard - AFP

Les circonstances du drame s’éclaircissent peu à peu. Le 23 janvier dernier, un adolescent de 17 ans est décédé après s’être volontairement accroché à un train. Vers 11h ce matin-là, en gare d’Egly dans l’Essonne, le jeune homme s’est agrippé à l’une des poignées du RER C puis a percuté un poteau au bout du quai. Le choc, fatal, lui a causé de multiples fractures, notamment au bassin. Il est décédé peu de temps après à l’hôpital.

Les gendarmes ont d’abord pensé à un nouveau cas de "train-surfing", une pratique extrêmement dangereuse qui consiste à courir sur les toits des trains et se filmer pour poster la vidéo sur les réseaux sociaux. Lors de leur enquête, les gendarmes ont rapidement mis cette piste de côté. Selon les images de vidéosurveillance et les témoignages, la victime était seule et n’avait pas cherché à filmer son exploit.

>> EN VIDEO - Le trainsurfing, cette pratique dangereuse qui attire des jeunes en mal de sensations fortes

"Il aurait eu la flemme de marcher"

Selon des informations du Parisien, les militaires penchent désormais pour une toute autre version, beaucoup plus triviale celle-ci. Ils pensent plutôt que le jeune homme serait descendu en bout de quai, trop loin de la sortie qu’il voulait emprunter. "Il aurait eu la flemme de marcher", croit savoir une source proche du dossier contactée par le quotidien.

L’ado se serait donc accroché à une poignée du train pour gagner du temps en remontant le quai jusqu’à la sortie souhaitée. Mais il aurait fini par paniquer à cause de la vitesse du train et n’aurait pas réussi à lâcher la poignée avant le choc avec le poteau.

Dévastés, les proches de la victime tentent de comprendre ce qui l’a poussé à agir ainsi. La gendarmerie locale a été chargée de l’enquête.