Strasbourg: l'inauguration d'un bar identitaire "fermement condamnée" par la mairie

Ouvert aux "sympathisants", l'Arcadia se veut également un "espace d'accueil pour les Français : SDF ou qui sont dans le besoin"

Strasbourg : l'inauguration d'un bar identitaire "fermement condamnée" par la mairie
Google Street View

Un bar associatif du mouvement identitaire "Bastion Social" doit être inauguré samedi à Strasbourg mais l'initiative est "condamnée fermement" par la mairie socialiste.

Le local, appelé l'Arcadia, est situé près du centre, dans le quartier de la gare. Il "peut recevoir une bonne centaine de personnes" et "devrait être ouvert 3 soirs par semaine", a expliqué à l'AFP le porte-parole du "Bastion Social". 

Ouvert aux "sympathisants", l'Arcadia se veut également un "espace d'accueil pour les Français : SDF ou qui sont dans le besoin", a-t-il précisé. L'association affirme posséder un bail pour l'occupation du lieu.

Un rassemblement contre l'ouverture de l'Arcadia est organisé samedi à proximité du local par la "Brigade Antifasciste de Strasbourg". 

L'initiative du "Bastion Social" déplaît à la mairie. "Ce projet vient entacher notre image et va à l'encontre de notre vocation de capitale européenne des droits de l'homme", a estimé le maire Roland Ries. 

"L'intitulé de 'Bastion social' cache en effet une activité bien moins honorable que celle affichée, car il s'agit en vérité d'une démarche d'exclusion", a ajouté l'élu. 

Les associations également inquiétés

Le slogan du mouvement, "Les nôtres avant les autres", inquiète également l'antenne du Bas-Rhin de la Licra qui a fait part dans un communiqué de sa "profonde indignation" via un communiqué. 

"Si toute action sociale est louable, elle ne saurait être provocatrice, discriminante et encore moins être le prétexte à la propagation d'une idéologie raciste et populiste", a déclaré Fabielle Angel, présidente de la Licra 67.

"Nous allons essayer avec ce local de créer un espace d'échange (...) Les adhérents y auront accès à un bar et on pourra passer des soirées avec des gens qui partagent les mêmes sensibilités politiques", s'est défendu le porte-parole de l'association "Bastion Social". "Le Bastion social est un mouvement national révolutionnaire qui a une visé à la fois social et de défense identitaire", a-t-il ajouté. 

Le 20 novembre, l'antenne strasbourgeoise du GUD, un mouvement étudiant ultranationaliste, a annoncé sa mise en sommeil pour "se consacrer pleinement au Bastion Social".

Ce mouvement est né à Lyon au printemps à l'initiative de Steven Bissuel, responsable local du GUD. Au mois de mai, ses membres avaient investi un bâtiment désaffecté du centre de Lyon pour y héberger des SDF. Ils en avaient été expulsés en juin par la police, à la demande de la mairie, propriétaire du bâtiment.