Soigné à l'hôpital d'Angoulême, il annonce aux infirmiers "une visite de courtoisie" de Daesh

Pixabay/DarkoStojanovic

Après avoir avalé "une demi douzaine de canettes de bière, quatre plaquettes de Lexomil, le tout accompagné d’un autre anxiolytique", un individu a menacé des infirmiers du centre hospitalier d'Angoulême.

Panique à l'hôpital de d'Angoulême, samedi. 

Le 11 novembre, après avoir avalé "une demi douzaine de canettes de bière "8.6", quatre plaquettes de Lexomil, le tout accompagné d’un autre anxiolytique", un individu a contacté l'établissement de Charente-Maritimes pour se plaindre de "douleurs inter costales", rapporte Sud Ouest.

L'homme a ensuite appelé le bureau des infirmiers de l'hôpital, dont il a trouvé le numéro sur une ordonnance. Au téléphone, il a commencé à proférer des menaces: "Ecoute moi bien, l’Etat Islamique de Daesh va vous rendre une petite visite de courtoisie d’ici peu…"

Perturbé par ces propos, l'infirmier a aussitôt contacté la police, qui a retrouvé la trace de l'individu rapidement. Celui-ci, connu pour avoir déjà proféré des menaces similaires et a été condamné douze fois par le passé, est passé en comparution immédiate lundi 13 novembre. Il a été condamné à deux mois ferme avec mandat de dépôt.