Shaoyao Liu, Colombie, terrorisme... Le point sur l'actu ce dimanche soir

Le rassemblement place de la République en hommage à Shaoyao Liu, les recherches de survivants en Colombie et l'arrestation d'un homme en région parisienne dans une enquête pour terrorisme: voici trois informations à retenir en cette fin de journée.
La veuve de Liu Shaoyao (assise au centre) lors d'un rassemblement, le 2 avril 2017 à Paris, suite à la mort de ce père de famille chinois tué la semaine dernière par un policier. afp.com/Benjamin CREMEL

Des milliers de personnes rendent hommage à Shaoyao Liu

Des milliers de personnes se sont rassemblées ce dimanche après-midi place de la République pour rendre hommage à Shaoyao Liu, ce père de famille chinois de 56 ans, tué la semaine dernière par un tir d'un policier lors d'une intervention dans son appartement à la suite d'un appel d'un voisin. Au milieu de banderoles "Vérité, justice, dignité" et d'affiches "J'aime la France", "Pour la paix, la justice! Contre la violence", les manifestants, rassemblés à l'appel de plusieurs associations de la communauté chinoise, sont venus se recueillir, munis de roses blanches.

Ils ont observé une minute de silence au pied de la statue au centre de la place, en présence de la famille de Liu Shaoyao, dont le portrait était affiché sur le lieu du rassemblement. La famille contredit la version policière, laquelle affirme que le ressortissant chinois a agressé un agent avec des ciseaux après l'ouverture forcée de la porte de l'appartement par les forces de l'ordre. Selon ses filles, Liu Shaoyao portait des ciseaux pour préparer du poisson et n'a pas agressé les policiers. Samedi, le préfet de police Michel Cadot a rencontré l'ambassadeur de Chine en France pour évoquer "la priorité" donnée à la sécurité de la communauté asiatique.

Le bilan du glissement de terrain en Colombie révisé à 200 morts

Le bilan de la coulée de boue qui a dévasté Mocoa, dans le sud de la Colombie, a été révisé à 200 morts, 203 blessés et un nombre indéterminé de disparus, après des pluies torrentielles, a indiqué la Croix-Rouge ce dimanche. L'organisation avait précédemment fait état d'environ 150 disparus.

"Il y a 200 morts et 203 blessés dans 17 quartiers affectés. Nous n'avons pas encore le nombre total de disparus. C'est le bilan officiel établi à cette heure par les organismes de secours dans la zone", a déclaré à l'AFP un porte-parole de la Croix-Rouge, en expliquant que la différence avec le précédent bilan de 234 morts était dû à une confusion lors de l'identification des cadavres. Un millier de secouristes travaillent désormais pour retrouver des survivants dans les décombres de la ville, alors que des quartiers entiers ont été dévastés.

Mise en examen d'un jeune homme dans une enquête pour terrorisme

Un homme de 21 ans arrêté mardi à Asnières-sur-Seine, en région parisienne, dans le cadre d'une enquête sur la constitution d'un groupe djihadiste, a été mis en examen et écroué, a indiqué une source judiciaire ce dimanche. Les policiers de la Direction générale de la sécurité intérieure avaient interpellé trois hommes, l'un âgé de 20 ans à Agen (Lot-et-Garonne) et deux autres de 21 et 20 ans, à Asnières-sur-Seine et Bobigny, près de Paris.

Seul le jeune homme de 21 ans a été mis en examen, du chef d'association de malfaiteurs terroriste criminelle, avant d'être placé en détention provisoire. Les arrestations avaient eu lieu dans le cadre d'une commission rogatoire de juges d'instruction antiterroristes qui enquêtent depuis 2016 sur la constitution d'un groupe djihadiste en France, avait précisé cette semaine une source judiciaire. Dans ce dossier, un homme de 20 ans a déjà été mis en examen en août 2016 et écroué. Les trois jeunes hommes arrêtés cette semaine avaient fait connaissance sur les réseaux sociaux. Ils sont soupçonnés d'avoir nourri un "projet commun", qui était soit de partir en Syrie, soit de commettre une attaque en France ou en Syrie, selon une source proche de l'enquête. Les investigations doivent permettre de déterminer quelles étaient leurs réelles intentions dans ces projets qui ont pu être "abordés lors de réunions".