Qu'est-ce que le trainsurfing, pratique dangereuse du métro qui inquiète?

Très connu pour ses photos à couper le souffle de gratte-ciel new-yorkais, un jeune Américain de 25 ans s'est tué en escaladant un train en marche. Un pratique dangereuse qui inquiète également en France.
Capture YouTube

Dans les trains, certains regardent le paysage par la fenêtre, d'autres regardent des films... Et il y a ceux qui essayent de grimper sur le wagon en marche. Au début du mois d'octobre, Christopher Serrano, un Américain âgé de 25 ans, a perdu la vie en tentant l'expérience. Ce photographe, originaire de Brooklyn, s'était fait connaître sur Instagram en publiant des photos époustouflantes dans des lieux en principe interdits au public.

Après le "bucket challenge", qui consistait à se renverser un sceau d'eau sur la tête, le "trainsurfing" consiste à s'agripper à un train et y rester accroché, à l'extérieur, jusqu'à la prochaine gare. Le but: se filmer lors du parcours et mettre en ligne les images de "l'exploit" sur les plateformes de partage de vidéos et les réseaux sociaux.

Un mort en France en 2015

Cette mode dangereuse ne s'est donc pas atténuée avec le temps, la polémique étant relancée en raison de la mort d'une jeune homme de 25 ans aux États-Unis au début du mois d'octobre 2016. Christopher Serrano, alias "Heavy Minds", était connu pour ses photographies et vidéos impressionnantes et a risqué sa vie pour des images fortes d'exploration urbaine. 

En France, la pratique a déjà été à l’origine de la mort d’une jeune garçon de 14 ans à Champagne-sur-Oise en juin 2015. Les autorités françaises s’en inquiètent encore aujourd’hui, notamment dans les villes possédant un métro. À Marseille, de nombreux jeunes voyagent entre les rames et inquiètent les conducteurs. Le risque d’électrocution est en effet très grand et un simple contact avec les lignes au sol peut être fatal.

Difficile d'imaginer comment empêcher ces expéditions dangereuses, la RATP se montrant déjà très sévère à Paris. La régie a déjà porté plainte pour "mise en danger de la vie d'autrui" contre un jeune de 18 ans interpellé en début d'année 2016 pour des faits similaires.

Retrouvez-nous sur Facebook

Suivez-nous sur Twitter