Pourquoi le lundi de Pentecôte n'est pas un jour férié comme les autres

Jour férié, travaillé ou chômé ? Chaque année, la question de savoir qui travaille le lundi de Pentecôte et qui peut faire la grasse matinée se pose. On vous explique tout.

Pourquoi le lundi de Pentecôte n'est pas un jour férié comme les autres
Jour férié, travaillé ou chômé ? Chaque année, la question de savoir qui travaille le lundi de Pentecôte et qui peut faire la grasse matinée se pose. BFMTV

En 2003, après un été meurtrier avec 19.000 décès - principalement des personnes âgées -  à cause de la canicule, le gouvernement de l'époque met en place une journée de solidarité. Jean-Pierre Raffarin, alors Premier ministre, décide alors d'instaurer une journée de travail en faveur de l'autonomie des personnes âgées ou handicapées. Ainsi, le lundi de Pentecôte est choisi pour devenir un jour férié mais non chômé. En clair, les salariés travaillent mais ne sont pas payés. Les employeurs, publics et privés versaient en contrepartie 0,3 % de la masse salariale à la Caisse nationale de solidarité pour l'autonomie.

Mais depuis 2003, cette journée a connu beaucoup de changements de statut. En 2004, une loi passe et les entreprises peuvent choisir un autre jour férié (sauf le 1er mai, ndlr), un jour de RTT ou offrir cette journée à leurs salariés. Quatre ans plus tard, rebelote, il y a du changement. En 2008, le lundi de Pentecôte redevient férié et chômé. Dès lors depuis onze ans, c'est aux entreprises et partenaires sociaux de s'accorder sur l'application ou non de ce jour de solidarité.

Erreur lors du chargement du média :
Source introuvable

Alors qui travaille en ce lundi 10 juin 2019 ? Un tiers des salariés travaille aujourd'hui. En effet, de nombreuses entreprises ont gardé le principe appliqué en 2004. Cette année, cette journée de solidarité devrait rapporter près de 3 milliards d'euros pour les personnes âgées et handicapées, selon l'estimation de la Caisse nationale de solidarité pour l'autonomie. Parmi cette somme, près de 2,09 milliards sont récoltés grâce à la contribution des salariés.

Cet argent sert notamment à moderniser les établissements médicosociaux et à mettre en place des habitats adaptés pour les personnes âgées et handicapées.