Panique au lycée: un plan anti-attentat déclenché à cause d’une arme factice apportée par un élève

Un important dispositif de sécurité a été déployé mercredi dans un lycée des Côtes-d’Armor. Un élève a été aperçu avec une arme, qui s’est révélée factice.

Pixabay

La matinée de mercredi a été plutôt musclée pour les élèves du lycée Chaptal de Saint-Brieuc (Côtes-d’Armor). Comme le rapporte France 3 Bretagne, un important dispositif a été déployé après qu’un élève a été aperçu avec une arme de poing.

Vers 9h30, un professeur remarque qu’un garçon en classe de 3e pro brandit une arme. Il le signale aussitôt au proviseur de l’établissement qui alerte à son tour la police à 9h37. Cinq minutes plus tard, des policiers arrivent sur place. "Et, en moins de dix minutes, 25 policiers, dont 8 dotés d’armes lourdes étaient dans les lieux" indique un officier au journal Ouest France. Le commissariat déclenche alors un plan d’alerte anti-attentat. 

Un pistolet "très réaliste"

Au lycée, un dispositif de confinement est mis en place pour mettre les élèves à l’abri. Ils sont réunis dans le hall et dans une autre salle. Le propriétaire de l’arme est repéré par les policiers. Il s’agit d’un garçon de 15 ans, élève en 3e pro. Il sort le pistolet de son blouson et remet les billes aux policiers. L’arme était en réalité une réplique de pistolet automatique, un pistolet d’airsoft, "très réaliste".

Le jeune homme a expliqué l’avoir apporté avec lui car il avait un entrainement le soir. Un camarade de classe, âgé de 14 ans, lui a demandé de lui montrer le pistolet, un échange qu’un professeur de l’établissement a surpris.

Les deux adolescents, sans histoire jusqu’ici, ont été interpellés et placés en garde à vue. Ils sont convoqués devant le juge pour enfants le 17 avril prochain, pour "introduction d'une arme dans un établissement scolaire".