Mali, attentat des Champs-Elysées, militaires noyés... Le point sur l'actu

Emmanuel Macron veut relancer le processus de paix, un suspect présenté à la justice, deux légionnaires morts dans la Marne: voici l'essentiel de l'actualité.
Le président français Emmanuel Macron (au centre) et son homolgue malien (en blanc) Ibrahim Boubacar Keïta ont rencontré les troupes présentes sur la base de l'opération française Barkhane, à Gao au Mali. afp.com/CHRISTOPHE PETIT TESSON

Mali: Macron veut relancer le processus de paix

C'était son premier déplacement hors d'Europe, sur la base militaire française de Gao. Le président français Emmanuel Macron a appelé, vendredi au Mali devant son homologue Ibrahim Boubacar Keïta, à accélérer le processus de paix. Moins d'une semaine après son entrée en fonctions, le chef de l'Etat a marqué sa "détermination" à poursuivre l'engagement au Sahel, en renforçant la coopération avec l'Allemagne, mais aussi en complétant l'action militaire par une stratégie de développement. "Mon souhait, c'est que nous accélérions", a déclaré Emmanuel Macron au cours d'une conférence de presse conjointe avec Boubacar Keïta après un entretien avec celui-ci. "On sait où sont les difficultés principales et ce que nous devons faire. Faisons-le sans barguigner", a-t-il lancé.

Le chef de l'Etat français s'est également dit prêt à se rendre, à l'invitation de son hôte malien, à une réunion "dans les semaines qui viennent" du G5 Sahel, qui regroupe les pays de la zone. Le G5 Sahel a adopté un plan prévoyant la création d'une force conjointe composée de 5 000 militaires, policiers et civils, pour combattre les groupes djihadistes et sécuriser les frontières communes des pays membres. Le président français a également prôné une participation accrue des autres pays européens à la lutte contre les djihadistes, en particulier de l'Allemagne, premier contributeur européen à la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali (Minusma).

Attentat des Champs-Élysées: un homme devant à la justice

Son ADN a été retrouvé sur l'arme utilisée par Karim Cheurfi. Un homme de 23 ans a été présenté à la justice vendredi dans le cadre de l'enquête sur l'attentat des Champs-Élysées, en vue d'une possible mise en examen, a indiqué une source judiciaire. Le 20 avril, Cheurfi, muni d'une kalachnikov, a tué un policier, Xavier Jugelé, 37 ans, et blessé deux de ses collègues et une passante allemande avant d'être abattu, a expliqué cette source.

Interpellé lundi à son domicile à Saint-Thibault-des-Vignes (Seine-et-Marne), il a assuré en garde à vue qu'il ne connaissait pas le tueur, a poursuivi la source judiciaire. Il s'agit du premier suspect présenté aux juges d'instruction. Le parquet antiterroriste a requis son placement en détention provisoire. Ce même vendredi, une information judiciaire pour assassinat et tentatives d'assassinats de policiers en relation avec une entreprise terroriste, association de malfaiteurs terroriste criminelle, ainsi que pour acquisition, détention, cession et transport d'arme en relation avec une entreprise terroriste a été ouverte. Les enquêteurs cherchent à établir si des liens existent entre cet homme et Karim Cheurfi.

Marne: deux militaires meurent noyés lors d'un exercice

Drame dans la Marne. Deux légionnaires d'une vingtaine d'années sont morts noyés vendredi matin lors d'un exercice en canoë-kayak, à proximité d'Epernay. "Ces deux légionnaires effectuaient avec leur section un déplacement en canoë-kayak organisé par une entreprise spécialisée sur la Marne. Ils sont tombés et ont disparu dans l'eau sur le territoire de la commune de Cumières vers 11h", a indiqué le Service d'informations et de relations publiques des armées (Sirpa), dans un communiqué.

Ces deux militaires étaient, "l'un célibataire déclaré, l'autre père d'un jeune enfant", a précisé l'armée de terre. Les deux victimes appartenaient au 2e Régiment étranger d'infanterie (REI) de Nîmes, selon une source proche de l'enquête. D'après le Codis de la Marne, l'alerte a été donnée à 10h53. Une bonne trentaine de pompiers, dont des plongeurs, ont été acheminés sur place. Le commandement de la zone de défense Est a indiqué qu'une enquête était "en cours", affirmant n'avoir pas d'autres détails.