Les vaccins contre la grippe déjà en rupture de stock

Le taux de couverture vaccinale augmente cette année, et entraîne déjà une "pénurie au niveau national".
Les premières pharmacies commencent à tomber en rupture de stock. (image d'illustration) afp.com/FRED TANNEAU

La saison de la grippe bat son plein et nombreux sont ceux à vouloir s'en prémunir. Pour cela, une solution : la vaccination. Alors que le taux de couverture vaccinale était à la baisse ou stagnait ces dernières années en France, la tendance semble cet hiver s'inverser. Au point que certaines pharmacies sont déjà en rupture de stock. Dans Le Parisien, Carine Wolf-Thal, présidente du Conseil national de l'ordre des pharmaciens, confirme une "pénurie au niveau national".

90% des vaccins déjà livrés

En début de semaine déjà, France Bleu s'inquiétait d'un "début de pénurie" en Nouvelle-Aquitaine. Malgré une augmentation du stock de vaccins de 10%, les pharmacies se sont rapidement retrouvées débordées. Et pour cause, le nombre de vaccinations est en hausse de 20% depuis le début de l'automne, selon le président du conseil de l'ordre des pharmaciens au niveau régional. Pour tenir jusqu'à la fin de la campagne de vaccination, le 31 janvier 2019, l'agence régionale de santé a dû annoncer un réapprovisionnement.

Mais au niveau national, le manque se fait aussi sentir. 90% des vaccins prévus pour la campagne de vaccination ont déjà été livrés, indique Géraldine Ménin, pharmacien-conseil pour le groupe Sanofi-Pasteur au Parisien. Et la production de nouveaux vaccins est trop longue pour en lancer de nouveaux sur le marché à temps.

Seule solution donc pour se faire vacciner : faire le tour des officines pour trouver celles qui ont encore quelques doses en stock. Pour ne pas faire partie des 2 à 8 millions de personnes contaminées chaque année, mieux vaut donc s'y prendre rapidement, d'autant plus que le vaccin met deux à trois semaines pour être pleinement efficace. Il est par ailleurs sans danger, et ne provoque que peu, ou pas d'effets secondaires. Au contraire, la maladie est très contagieuse et peut également avoir des effets graves chez les personnes fragiles comme les femmes enceintes, les nourrissons ou les personnes âgées.