Les dépôts sauvages : un fléau français ?

Le drame qui a coûté la vie au maire de Signes, Jean-Mathieu Michel, a relancé le débat sur les déchargements illégaux de déchets, véritable fléau et grande lutte des élus locaux au quotidien...
Face aux dépôts sauvages, les mairies s'organisent comme elles peuvent
Les dépôts sauvages se multiplient malgré les grosses sanctions encourues BFMTV

C'est alors qu'il intervenait pour interrompre un dépôt illégal de déchets que Jean-Mathieu Michel, maire de Signes âgé de 76 ans, a été percuté par le véhicule qui tentait de partir pour éviter de répondre aux questions de la police. Un terrible accident qui illustre tristement l'un des combats quotidiens de nombreux maires en France. Sur les trottoirs, sur les terrains vagues, dans la forêt : les déchets s'accumulent, alors que la majorité de la population française se prétend pourtant grandement concernée par les questions écologiques. 

Pour lutter contre ces dépôts intempestifs, les maires multiplient les caméras de surveillance et appareils photo, afin de reconnaître les individus concernés, et leur infliger une amende dont le montant est jugé trop faible pour être dissuasif : 150 euros, comme on peut le voir dans ce reportage auprès de maires du Var.

Erreur lors du chargement du média :
Source introuvable

Pas plus tard que lundi, l'équivalent de 400 baignoires de déchets a ainsi été retrouvé en forêt de Fontainebleau, en Seine-et-Marne (77), nous apprend Le Parisien. Ce qui représente plus de 50 000 litres de déchets divers et variés (aliments, cartons, bouteilles en plastique, vêtements...), dégageant une odeur pestilentielle. C'est donc toute la France qui semble concernée par le problème. À un point tel que La Gazette des Communes révélait en janvier 2019 que dans une étude de l'ADEME (Agence De l'Environnement et de la Maîtrise et de l'Énergie), 2 383 collectivités locales contactées sur 2 652 se disaient concernées par ces dépôts illégaux. Mais là encore, c'est la faiblesse des sanctions qui est pointée du doigt. Pour le dépôt de déchets dans la rue, l'amende est de 68 euros si elle est réglée dans les 45 jours, et de 180 euros au-delà. Si un véhicule a été utilisé pour transporter les déchets, alors l'amende peut monter jusqu'à 1 500 euros. 

Mais dans le cas de Fontainebleau, compte tenu des quantités, la peine encourue peut aller jusqu'à 75 000 euros d'amendes et 2 ans d'emprisonnement. Des chiffres sans doute bien plus dissuasifs..