La voiture et le domicile d'Éric Drouet vandalisés dans la nuit

Le pavillon du leader des Gilets jaunes, situé en région parisienne, a été vandalisé dans la nuit de lundi à mardi.
 La voiture et le domicile d'Éric Drouet vandalisés dans la nuit
Le pavillon du leader des Gilets jaunes, situé en région parisienne, a été vandalisé dans la nuit de lundi à mardi. BFMTV

Selon une information d'Europe 1, confirmée par BFMTV, dans la nuit du lundi 18 au mardi 19 mars 2019, l'un des leaders des Gilets jaunes, Éric Drouet a vu son domicile vandalisé. Le pavillon du chauffeur-routier résidant en Seine-et-Marne a été enduit de peinture jaune. C'est vers 3 heures du matin qu'il a découvert que sa maison avait été enduit, alors qu'il rentrait à son domicile après son travail. Sa voiture a également été recouverte de la même peinture et les pneus du véhicule ont été crevés.

Pendant la nuit, le Gilet jaune et son épouse ont déposé plainte auprès de la police. Ce mardi matin, Éric Drouet gardait son calme : "Il n’y avait rien jusqu'à 0 h 30. Je suis arrivé à 3 heures. J’ai déposé plainte aussitôt puis on a nettoyé les volets et la porte (...) ll y a 10 000 façons de l’interpréter. Les médias nous font passer pour des renégats. En tout cas, cet acte c’est très lâche. C’est la première fois que ça arrive. D’habitude, ce sont des lettres anonymes, j'en reçois régulièrement", a-t-il précisé au Parisien.

Et à la question de savoir si cet acte peut toucher sa détermination ? "Oh non, au contraire ! Mais je pense que ça n’arrivera plus. S’ils font cela quand il n’y a personne, il n’y a pas trop à craindre d’eux".

Son pavillon enduit de peinture jaune

Ces actes de vandalisme sont peut-être en lien avec l'appel d'Éric Drouet à durcir la mobilisation des prochains actes des Gilets jaunes. Hier, dans Le Parisien, le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner s’en était pris à cette figure médiatique des Gilets jaunes : "Quand j’entends Éric Drouet et Maxime Nicolle (ndlr, autre leader du mouvement) qui se félicitent samedi dernier de ce qu’il s’est passé sur les Champs-Élysées, j’estime qu’ils doivent rendre des comptes à la justice", avait-il clamé.

Ce nouveau samedi de mobilisation a rassemblé 32.300 personnes en France selon les chiffres du gouvernement mais il a été marqué par un regain de violences dans la capitale et notamment sur les Champs-Élysées. Des violences qui ont un coût, comme en témoigne la vidéo ci-dessous.

Erreur lors du chargement du média :
Source introuvable