La police veut un échantillon ADN de Ronaldo, accusé de viol

Une jeune américaine accuse la star du football mondial pour des faits qui remonteraient à 2009.
L'attaquant de la Juventus Cristiano Ronaldo devance le milieu de l'Atalanta Matteo Pessina, le 26 décembre 2018 à Bergame. afp.com/Marco BERTORELLO

Las Vegas a envoyé sa requête en Italie. La police de la ville américaine vient de demander aux autorités italiennes de lui fournir un échantillon d'ADN du footballeur Cristiano Ronaldo.

Cette requête fait suite à des accusations de viol formulées par une Américaine à l'encontre de la star mondiale.

Des faits qui remonteraient à 2009

Kathryn Mayorga, aujourd'hui âgée de 34 ans, affirme dans une plainte au civil déposée à Las Vegas que Cristiano Ronaldo l'a sodomisée de force le 13 juin 2009 dans sa chambre d'hôtel, alors qu'elle avait refusé ses avances et se protégeait le sexe de ses mains.

Ronaldo était alors sur le point de passer de Manchester United au Real Madrid pour le transfert le plus cher du monde à l'époque. Il l'aurait invitée dans sa suite pour faire la fête, avec d'autres personnes.

A l'époque, l'accusatrice et l'accusé avaient signé un accord financier. Mais pour les avocats actuels de Kathryn Mayorga, cet accord est nul et non avenu, notamment en raison du trouble psychologique de leur cliente à l'époque et des pressions exercées à son encontre. Cristiano Ronaldo avait "vigoureusement" démenti ces accusations, et dans un entretien au quotidien portugais Record le 31 décembre, Ronaldo a dit une nouvelle fois avoir "la conscience tranquille".

On ne sait pas si le joueur a donné son accord

"La police de Las Vegas prend les mêmes mesures pour cette affaire que pour n'importe quelle autre agression sexuelle, afin de permettre l'obtention de preuves ADN", a indiqué la police.

"Monsieur Ronaldo a toujours maintenu, c'est encore le cas aujourd'hui, que ce qui s'est passé à Las Vegas en 2009 était de nature consensuelle. Il n'est donc pas surprenant que de l'ADN soit présent, ni que la police fasse cette demande des plus classiques dans le cadre de son enquête", a affirmé dans un bref communiqué Peter S. Christiansen, avocat du joueur à Las Vegas. Il n'a toutefois pas précisé si le footballeur entendait coopérer à cette demande.