L'appel à témoins, arme ultime des enquêteurs?

Le témoignage d'une riveraine, qui a reconnu Chérif Chekatt grâce à l'appel à témoins, a précipité sa neutralisation.
Chérif Chekatt est suspecté d'être l'auteur de la fusillade mortelle de Strasbourg. Police nationale

Les 24 premières heures qui ont suivi la sanglante fusillade de Strasbourg, seul le prénom du suspect a été divulgué par les médias. Chérif C., un Strasbourgeois de 29 ans fiché S, au casier long comme le bras, est soupçonné d'avoir tiré sur une dizaines de personnes, muni d'une arme de poing et d'un couteau, dans le secteur du marché de Noël, avant de prendre la fuite.

Son nom et son portrait, issus d'une fiche de recherche de la police, ont rapidement été divulgués par quelques comptes Twitter, mais la plupart des sites, journaux et chaîne de télévision, dont L'Express, ont refusé de le reprendre, afin de ne pas compromettre le travail des enquêteurs. Lors d'une chasse à l'homme, les premières heures de recherche sont capitales pour le reste des investigations.

"Attention, individu dangereux, n'intervenez pas vous-même"

Puis, dans la soirée de mercredi, Chérif C. est devenu Chérif Chekatt. Une identité accompagnée d'une photo, finalement dévoilée par la police nationale sous la forme d'un appel à témoins, notamment diffusé sur les réseaux sociaux. Cheveux bruns, peau mate, yeux marron, collier de barbe et marque sur le front, l'homme, qui fait désormais l'objet d'un mandat de recherche, est décrit comme ayant une corpulence normale et mesure 1,80 m. Des témoins ont également rapporté qu'il avait été blessé au bras.

"La police judiciaire recherche l'individu suspecté d'être le tireur du marché de Noël de Strasbourg. Aidez-nous. Attention, individu dangereux, n'intervenez pas vous-même. Contactez le 197 ou securite.interieur.gouv.fr", indique-t-elle sur son compte Twitter (le message a été supprimé depuis que le suspect a été abattu).

Comme attendu, les témoignages de personnes pensant avoir croisé l'homme de 29 ans se sont multipliés. Certains disent l'avoir vu en Suisse, ou dans le Jura. "Les témoignages et appels reçus ont été très importants", a glissé à l'AFP une source proche de l'enquête. C'est finalement l'appel d'une habitante du quartier strasbourgeois de Neudorf, là même où les policiers avaient perdu la trace du suspect mardi soir, qui va interpeller les enquêteurs.

Elle assure avoir croisé quelqu'un qui correspond en tout point au signalement de Chérif Chekatt, figurant sur l'appel à témoin. Avec cette précision qui fera accélérer largement l'enquête: cette riveraine pense que l'homme est blessé au bras. Quelques heures plus tard, l'homme est repéré dans le secteur et abattu, lors d'un nouvel échange de tirs avec une patrouille de police.

"Un passage qu'il ne fallait pas précipiter"

Pourquoi cet appel à témoins n'a-t-il pas été diffusé dès l'identification du suspect par les enquêteurs, dans la nuit de mardi à mercredi? "Je pense qu'on n'a pas grand-chose aujourd'hui malheureusement, c'est un travail de fourmi. C'est un passage qu'il ne fallait à mon sens pas précipiter, et qui est sans doute arrivé en fin de journée, au bon moment", répondait jeudi matin, Yves Lefèbvre, le secrétaire général Unité SGP police sur BFMTV, alors que la traque se poursuivait.

"Le timing dépend de tellement de paramètres", explique aussi à L'Express un officier de la police judiciaire. Il cite en vrac la "sensibilité de l'affaire, le nombre d'interpellations, le risque d'une réitération des faits, l'accord du parquet..." Dans le cadre de cette enquête, c'est la section antiterroriste du parquet de Paris qui a donné le feu vert à la diffusion de l'appel à témoins.

"Et puis, on doit se demander si des gens ne vont pas vouloir jouer au justicier", appuie aussi le fonctionnaire. La plupart des avis insistent sur la nécessité pour les éventuels témoins de ne pas intervenir.

Faire attention à l'entourage du suspect

Dans le cadre de l'enquête sur la fusillade de Strasbourg, qui a fait trois morts et 13 blessés, les enquêteurs ont-ils voulu attendre de mener des interpellations et des gardes à vue dans l'entourage de Chérif Chekatt avant de communiquer sur son identité ? Le risque que des proches du suspect aient le temps de neutraliser des éléments le mettant en cause n'est pas négligeable.

"Quatre proches du mis en cause ont été placés en garde à vue", a annoncé mercredi le procureur de la République de Paris, dont la section antiterroriste est chargée des investigations. Ce sont ses parents et de deux frères du suspect. Un autre de ses proches a également été placé en garde à vue jeudi.

Il s'agirait d'après Le Parisien de l'homme qui l'aurait hébergé la veille de l'attaque. Son troisième frère, lui aussi fiché S et résidant en Algérie, aurait été arrêté un peu plus tard, rapporte le quotidien.

"Il faut vérifier tous les témoignages"

Il existe une autre donnée à prendre en compte avant la diffusion d'un appel à témoin : la masse des réponses reçues. "Le fait d'avoir des témoignages qui arrivent de partout complique beaucoup la tâche des enquêteurs, car il faut tout vérifier", relate un policier. Les forces de l'ordre doivent donc s'assurer d'avoir suffisamment de ressources disponibles, avant de lancer une telle procédure.

"Ça va rendre le travail des enquêteurs beaucoup plus méticuleux. Des centaines de gens vont être convaincues d'avoir croisé le terroriste, mais parmi ces centaines espérons qu'on ait le bon ...", commentait dès jeudi matin Yves Lefèbvre, le secrétaire général Unité SGP police sur BFMTV.

"La mission de sécurité se fait aussi avec la population, a ajouté le même jour Stanislas Gaudon, secrétaire national d'Alliance police, sur France Info. Il suffit parfois d'un témoignage, d'un coup de téléphone, pour nous aider à mettre en place le dispositif et le quadrillage."

Les enquêteurs ont reçu 800 appels entre mercredi et jeudi, liés au signalement du suspect, selon le parquet de Paris. Et parfois, comme cela a été le cas lors de la traque de Chérif Chekatt, grâce aux indications de la riveraine, une seule de ces informations peut faire basculer toute une enquête.

Les traques des frères Kouachi et d'Abdeslam

Ce n'est pas la première fois que les enquêteurs ont recours à la diffusion d'appels à témoins, lors de chasses à l'homme. Comme cette semaine, les deux dernières étaient déjà liées à des attaques terroristes.

Le jour même des attentats de Charlie Hebdo, le 7 janvier 2015, la brigade criminelle de la préfecture de police de Paris avait diffusé un appel à témoins, avec une photo des frères Kouachi, en fuite dans la région parisienne, évoquant des "personnes susceptibles d'être armées et dangereuses".

Quelques mois plus tard, lorsque le commando du 13 novembre sème la mort dans les rues de Paris, les enquêteurs avaient pris un peu plus de temps avant de communiquer une identité. Ils avaient attendu deux jours avant de diffuser un appel à témoin comportant le portrait de Salah Abdeslam, un "individu dangereux", seul suspect encore en vie des attaques terroristes.

Pour Stanislas Gaudon, secrétaire national d'Alliance police, cette diffusion d'éléments sur le suspect n'est pas forcément liée à un aveu d'échec des enquêteurs. "Le temps médiatique n'est pas le temps judiciaire et le temps de la traque. Rappelez-vous en janvier 2015, avec la traque des frères Kouachi, ça a pris quelques jours mais nous sommes arrivés à nos fins, à positionner ces individus et à les neutraliser".

Les deux tueurs avaient notamment été reconnus par le gérant d'une station essence, qu'ils avaient agressé avant de se retrancher dans une imprimerie.