Julian Assange, législatives, frappe américaine en Syrie... Le point sur l'actu

Des investigations pour viol abandonnées, la République en marche au premier tour selon un sondage, une attaque qui aurait fait huit morts: voici l'essentiel de l'actualité.
L'Australien Julian Assange n'est désormais plus poursuivi pour viol par le parquet suédois. afp.com/NIKLAS HALLE'N

Suède: l'enquête pour viol contre Assange classée sans suite

Cette saga judiciaire dure depuis 2010. Le parquet suédois a annoncé ce vendredi qu'il abandonnait ses poursuites pour viol contre le fondateur de WikiLeaks Julian Assange. L'Australien de 45 ans était réfugié à l'ambassade équatorienne à Londres depuis 2012, dans l'espoir d'échapper à un mandat d'arrêt européen lancée par la Suède. Il a toujours nié les accusations portées contre lui par une Suédoise d'une trentaine d'années.

Julian Assange dénonce une manoeuvre pour le faire extrader in fine vers les États-Unis, où il risque d'être poursuivi pour la publication de documents militaires et diplomatiques confidentiels. En novembre, après de multiples complications procédurales, il avait été entendu à Londres par un procureur équatorien en présence de magistrats suédois. Et il avait répété qu'il était complètement innocent, les relations sexuelles avec la plaignante étant d'après lui consenties. Le parquet suédois avait jusqu'à ce vendredi pour prolonger ou non la demande d'incarcération auprès d'un tribunal de Stockholm.

Législatives: La République en marche favori d'un sondage

A trois semaines du scrutin, c'est une première indication. La République en marche arrive largement en tête des intentions de vote au premier tour des élections législatives, selon un sondage Opinionway diffusé jeudi en fin de journée. Avec 27% d'intentions de vote, la formation créée par Emmanuel Macron devance de sept points LR, allié aux centristes de l'UDI, et le FN, à 20%, selon cette enquête réalisée pour Les Echos, Orpi et Radio classique.

Parallèlement, les candidats de La France insoumise recueillent 14% d'intentions de vote, ceux du Parti socialiste et de ses alliés 11%. 2% iraient à des candidats divers droite, 2% à ceux du Parti communiste, 1% à l'extrême gauche et 3% à "un autre candidat". Ces chiffres sont néanmoins à interpréter avec prudence: 48% des électeurs ayant déclaré une intention de vote se disent encore "incertains" de leur choix, contre 52% qui se disent "certains". Quoi qu'il en soit, 61% des personnes interrogées se disent intéressés par la campagne électorale (41% un peu, 19% beaucoup), contre 38% d'un avis contraire (27% peu, 11% pas du tout). 1% ne se prononce pas.

Syrie: les Etats-Unis bombardent un convoi pro-régime

La Russie condamne un bombardement "inacceptable". Les Etats-Unis ont attaqué jeudi un convoi lié au régime syrien près de la frontière jordanienne, six semaines après les premières frappes de l'administration Trump dans le pays. Cette opération a visé un convoi de "forces" soutenant le régime de Damas, selon un porte-parole militaire de la coalition antdijihadiste, le colonel américain Ryan Dillon. Un autre responsable américain a dit qu'il s'agissait "probablement" de milices chiites, sans être plus précis.

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), huit personnes "pour la plupart non-syriennes" ont été tuées dans cette frappe. Parallèlement, dans le centre de la Syrie, les membres du groupe Etat islamique (EI) ont mené une nouvelle attaque sanglante: 52 personnes ont péri, dont au moins 15 civils et 27 miliciens pro-régime, dans l'est de la province de Hama. Les djihadistes de l'EI ont bombardé à l'aube deux villages avant de les attaquer, a rapporté l'OSDH. Le groupe extrémiste sunnite a de son côté perdu 15 combattants. Ces événements interviennent alors que mardi, de nouveaux pourparlers de paix, conduits sous l'égide de l'ONU entre représentants du régime et de l'opposition, doivent être initiés à Genève.