Jugée raciste, la BD "Bamboula" ne sera pas rééditée

L'annonce de la réédition de cette bande dessinée au contenu jugé raciste avait suscité des réactions indignées.
Le personnage de Bamboula avait été créé en 1951. Capture d'écran. Amazon

Après l'annulation de la republication des pamphlets antisémites de Céline par Gallimard, le contenu controversé d'une oeuvre affecte une nouvelle maison d'édition. Les éditions de Varly ont renoncé à rééditer en février Les aventures de Bamboula, une bande dessinée des années 50.

En cause, l'utilisation du terme "Bamboula", et le contenu de la BD jugé raciste. Dans la bande dessinée publiée en 1951, Bamboula, un petit garçon noir arrive d'Afrique dans une famille française. Alors que Bamboula multiplie les gaffes et s'exprime dans un français approximatif, l'oeuvre est imprégnée de "l'idéologie colonialiste" note Le Figaro.

Des bandes dessinées qui "ridiculisent le noir"

L'annonce de la réédition, critiquée notamment dans un article d'Actualitté, avait provoqué de nombreuses réactions indignées dont celles de Claudy Siar, célèbre producteur d'origine guadeloupéenne. Dans un message publié sur Facebook, ce dernier dénonce des bandes dessinées qui "ridiculisent le noir" et une série qui "empile les préjugés et porte atteint à la dignité humaine". Et de menacer clairement de faire appel à la justice. "La liberté d'expression ne leur sera d'aucun recours devant ma colère et les tribunaux", écrit-il.

D'autres personnalités, comme le député de la France Insoumise Alexis Corbière, se sont prononcées contre la réédition. "Non au commerce du racisme et textes antisémites", dénonce-t-il.

Une vague d'indignation qui a eu raison du projet de la maison d'édition. Dans un courrier envoyé à La 1ere, les éditions de Varly annoncent renoncer au projet. "Nous ne communiquerons plus sur le sujet. Nous comprenons que nous ayons touché involontairement des personnes dans leurs sensibilités", écrivent-elles, avant d'ajouter: "Nous rappelons que ce n'était pas une création mais le projet d'une réédition d'un album, qui est déjà disponible sur internet, dans les sites de ventes d'occasion, et aussi depuis plusieurs années sur le site de la cité de la BD d'Angoulème".

L'auteur, "un homme de coeur" qui "détestait l'injustice"

DansJeune Afrique, Georges Fernandes, responsable des éditions, confiait "ne plus dormir", et avoir été "bouleversé" par l'ampleur des réactions. "Si nous effaçons tout ce qui nous dérange dans le passé, nous n'aurons plus d'histoire", s'exclame-t-il cependant. Et dans une note de présentation de l'album sur Amazon, Fernandes défend l'auteur, Marcel Trulin: "un homme de coeur", qui "détestait l'injustice" et " souhaitait la fraternité entre les hommes".

Toujours selon Georges Fernandes, dans une introduction présente dans l'ouvrage et que Jeune Afrique a pu consulter, l'auteur a justement "toujours mis en valeur la fraternité et pointé du doigt l'idéologie des extrémismes".