Jugé pour avoir volé des cartes Pokémon, il préfère la prison à la rue

Un homme a été condamné par le tribunal correctionnel de Pau après avoir volé des cartes Pokémon dans un hypermarché.

Flickr

Le montant de ses larcins s’élève à 177 euros. Le tribunal correctionnel de Pau a jugé lundi un homme de 32 ans, sans domicile fixe, en comparution immédiate pour des vols commis dans le Géant Casino de Lons le 10 novembre dernier, rapporte France Bleu Béarn.

Ce jour-là, il se rend à deux reprises dans l’hypermarché pour voler des cartes Pokémon. Il se fait prendre la seconde fois par les vigiles du magasin. L’homme a en sa possession trente paquets de cartes à jouer d’une valeur unitaire de 5,90 euros soit un total de 177 euros.

Ces cartes peuvent se revendre très cher auprès des collectionneurs. Un ami, et amateur des précieuses cartes, l’aurait dépanné de 300 euros. Il lui aurait ensuite demandé de voler ces cartes afin de se faire rembourser de la somme. 

"Comme j’étais dehors, cette personne m’a donné de l’argent. Je n’ai pas de revenus et c’était une manière de le lui rendre", explique le SDF lors de son audience.

La prison plutôt que la rue

Bon élève au lycée, il raconte qu'il menait une vie normale, selon ses propres termes, jusqu'au jour où il a fait une mauvaise rencontre. Depuis une première condamnation, il y a près de 10 ans pour association de malfaiteurs, le trentenaire ne parvient pas à remonter la pente. Il vit désormais dans la rue, multiplie les vols pour s’en sortir et enchaîne les condamnations. Son avocate assure "qu’il ne peut pas faire autrement".

Le SDF a lui-même expliqué à son avocate qu’il préférait être en prison plutôt que dans la rue, surtout l’hiver. De son côté, le procureur parle d’un homme "réduit à voler des cartes Pokémon parce qu’il a froid et faim" et regrette que les précédentes sanctions n’aient "servi à rien".

Déjà condamné à cinq mois de prison avec sursis, il a écopé cette fois de trois mois ferme, donc huit mois fermes en tout. Le SDF passera ainsi l’hiver derrière les barreaux.