Grenoble: un détenu tente de s'évader du CHU avec une arme

L'homme, dont le casier judiciaire fait état de 27 condamnations, a tiré deux coups de feu qui n'ont pas fait de blessé.
L'homme aurait récupéré une arme dans les toilettes de l'hôpital avant de braquer les surveillant et de tirer deux coups de feu, qui n'ont blessé personne. (Image d'illustration) afp.com/Jeff Pachoud

La scène aurait pu virer au drame. Un détenu, conduit à l'hôpital de Grenoble pour une consultation médicale, a tenté de s'évader ce mercredi à l'aide d'une arme à feu, a appris l'AFP auprès du parquet, confirmant une information du Dauphiné Libéré.

L'homme aurait prétexté un besoin urgent à son arrivée à l'hôpital. Il est ressorti des toilettes avec deux pistolets, dont l'un était factice, et s'en est servi pour menacer les gardiens afin qu'ils lui ôtent ses entraves. Dans la lutte qui s'est engagée, le détenu, issu de la maison d'arrêt de Varces, dans l'Isère, a tiré deux coups de feu de calibre 7.65. Les tirs ont été déviés par un surveillant et n'ont pas fait de blessé.

Le fuyard a été maîtrisé et placé en garde à vue par les enquêteurs de la police judiciaire de Grenoble pour "tentative d'évasion" et "tentative d'homicide sur les surveillants pénitentiaires".

Arme cachée dans le faux plafond

L'homme, dont le casier judiciaire fait état de 27 condamnations, était incarcéré dans l'attente de son jugement vendredi pour une précédente évasion d'un centre de semi-liberté au cours de laquelle il avait "foncé sur des gendarmes".

Le détenu passera en commission de discipline et sera transféré dans un établissement déjà défini où il sera placé à l'isolement, a annoncé l'administration pénitentiaire, qui a sollicité une enquête administrative auprès de l'inspection générale de la justice.

Selon le syndicat de surveillants UFAP-UNSA Justice, qui félicite ses collègues pour leur "courage exceptionnel", "un contrôle préalable des lieux" avait été réalisé avant de permettre au détenu d'accéder aux toilettes. L'arme utilisée était "a priori dissimulée dans le faux plafond", ajoute le syndicat dans un communiqué.