Gilets Jaunes : combien de blessés graves par tirs de flash-ball ?

Les flash-balls sont au cœur du débat ces dernières semaines. Une enquête menée par Franceinfo révèle combien de blessés graves les lanceurs de balles de défense auraient occasionné lors des manifestations des Gilets Jaunes.

Gilets Jaunes : combien de blessés graves par tirs de flash-ball ?
Les flash-balls sont au cœur du débat ces dernières semaines. Une enquête menée par France Info révèle combien de blessée graves les lanceurs de balles de défense auraient occasionné lors des manifestations des Gilets Jaunes. BFMTV

Depuis le 17 novembre, Gilets Jaunes et autorités se livrent des affrontements sans relâche chaque samedi. Les uns dénoncent la violence extrême des autres, et inversement. À cela près que l'un des deux camps est équipé d'armes non-létales, les lanceurs de balles de défense, également appelés flash-balls.

Cette semaine, ils se trouvaient au plus haut de la polémique. En cause, une note du directeur général de la police à ses troupes rappelant les conditions d'utilisation des LBD 40, ainsi qu'une campagne de dénonciation choc des violences montrant plusieurs membres du gouvernement éborgnés par les fameuses armes.

Franceinfo s'est donc posé la question : combien de blessés graves par tirs de flash-ball ?

Au moins 40 blessés graves, si ce n'est plus

Pour répondre à cette question, le site d'information est parti sur la base des chiffres fournis par le collectif contre les violences d'État, Désarmons-les !, qui s'élève à 97 cas de blessés graves par tirs de LBD 40.

Pour vérifier la véracité de ces allégations, Franceinfo les recoupe avec des articles parus dans des médias locaux et nationaux. Il ressort de cette vérification l'authentification de 40 victimes. Parmi elle, Francinfo dénombre "9 mineurs sérieusement blessés et 12 personnes éborgnées", peut-on lire.

Avec au moins 40 victimes certaines, 50 n'ont pas pu être vérifié. Libération, via son site de vérification  Check News, rapporte des chiffres similaires. 94 blessés graves parmi les Gilets Jaunes, mais aussi les journalistes, dont 69 par tirs de flash-ball.

Christophe Castaner, ministre de l'Intérieur, s'est une nouvelle fois défendu lundi lors d'un déplacement à Carcassonne. Violences ? Dérapages ? Au micro de TV Carcassonne, il explique : "Je ne connais aucun policier, aucun gendarme qui ait attaqué des 'gilets jaunes'. Par contre, je connais des policiers et des gendarmes qui utilisent des moyens de défense", puis, il reprend : "Quand [les forces de l'ordre] sont effectivement acculées, elles utilisent [ces] moyens".

Simple moyen de défense ou réelle violences, les agissements des forces de l'ordre seront scrutées avec attention ce samedi 19 janvier pour l'Acte X des Gilets Jaunes.