Elle avait droit à 19.000 euros d'indemnités, elle est poursuivie en justice

Après d'âpres batailles judiciaires, la sanction a heureusement été levée. 
Elle avait droit à 19.000 euros d'indemnités, elle est poursuivie en justice
PHILIPPE HUGUEN / AFP

C'est une histoire rocambolesque qui touche cette famille niçoise. 

En congé parental en 2015 après avoir accouchéNice Matin explique qu'Aïcha touche les prestations de la caisse d'Allocations Familiales (CAF) et son mari, chômeur, est aidé par Pôle Emploi. 

Plus tard dans l'année, les deux époux décident d'inverser leurs situations. 

"Dans le cadre de ma reconversion, je préférais dépendre de Pôle emploi, c'est d'ailleurs ce qui m'a permis de retrouver un travail en septembre 2016".

 Du coup, la jeune femme touche des indemnités de l'organisme, jusqu'à ce dernier lui envoie un inquiétant message. "On me réclame alors le remboursement de la somme de 18.230 euros augmentée des intérêts soit 19.049 euros."

500€ déjà prélevés sur ses salaires

Une situation improbable, d'autant que le couple affirme être parfaitement en règle.  "J'ai alors compris que l'erreur venait de la Caf qui me déclarait allocataire indemnisée sans me verser aucune prestation puisque c'est mon mari qui les percevait en toute légalité"

Comptant sur la justice pour résoudre son affaire, la jeune mère va très vite être déçue puisque le tribunal confirme la sanction.  "J'ai alors fait une erreur, j'ai signé. Et lorsque j'ai continué à refuser de payer, à contester, il m'a été opposé que j'avais reconnu la dette."

Finalement, l'affaire touche récemment à son terme après que le couple ait pris contact avec un huissier. Il "a agi après que nous ayons été en contact puis qui m'a informé de la main levée, je n'y croyais pas!"

Reste maintenant à obtenir le remboursement des 500 euros déjà prélevés sur le salaire d'Aïcha.