Canicule : à quoi correspond vraiment la température ressentie ?

En cette période de canicule, une grande question se pose : comment les spécialistes calculent-ils la température ressentie et à quoi correspond-elle réellement ?
Canicule : comment calcule-t-on la température ressentie ?
En cette période de canicule, une grande question se pose : comment les spécialistes calculent-ils la température ressentie et à quoi correspond-elle réellement ? BFMTV

Des maximales pouvant grimper jusqu'à 40 degrés, avec un ressenti affriolant de 48 sur la moitié nord de l'Hexagone. Une information qui a de quoi vous donner une insolation rien qu'en la lisant. En période de chaleur, c'est toujours la même arlésienne. On nous parle de température réelle, de température ressentie et on se pose toujours la même question : va-t-on rôtir dès qu'on posera le pied à l'extérieur ? À quoi correspondent réellement ces chiffres et comment sont-ils déterminés par les spécialistes ? La rédaction répond à toutes ces questions.

C'est quoi la température ressentie ?

Le terme nous vient du Canada, explique Mathieu Vidard sur France Inter. Habituellement, il est employé en hiver, pour annoncer que le ressenti sera bien plus froid que la température réelle, parfois une dizaine de degrés en dessous. Il permettra donc aux habitants de prendre les mesures nécessaires pour se tenir assez au chaud.

Pour se protéger du froid, notre peau produit une petite couche d'air réchauffée et humidifiée par l'évaporation de l'eau. Ce, pour s'assurer que nous sommes toujours au chaud. Mais dès lors que le vent souffle, cette petite couche est balayée. D'où la sensation de frais sous un ventilateur en été ou au beau milieu d'un vent glacial en hiver.

Vous l'aurez compris, la température que l'on ressent peut être influencée par un certain nombre de facteurs qu'un thermomètre ne comprend pas.

La température ressentie, ce n'est pas des degrés Celcius

Mais attention, avant de continuer, il convient d'éclaircir un point. Si on parle d'un ressenti de 48, on ne vous parle pas de degrés. Vous n'aurez pas réellement l'impression d'être dans un four à 48 degrés Celcius. Il s'agit d'un indice Humidex qui permet de déterminer un niveau d'inconfort.

"Cette mesure développée par des météorologues canadiens permet d'intégrer les effets combinés de la chaleur et ceux de l'humidité. Si l'indice Humidex utilise des valeurs qui se rapprochent des températures en degré Celsius, il est souvent faussement considéré comme une température humide équivalente, c'est à dire un ressenti sur la peau nue dans des conditions de vent nul et d'humidité relative normale", explique Christophe Person, chef du service météo de BFMTV. Même en hiver, on pourra parler d'un ressenti de 48 alors qu'il fait - 20°C dehors.

Pour les Canadiens, un indice Humidex de moins de 30 correspond à l'absence d'inconfort. De 30 à 39, on est sur un certain inconfort, au-delà de 40, beaucoup d'inconfort tandis qu'au-dessus de 45, il y a un certain danger et un coup de chaleur probable. Avec un indice à 48 en France, ça en dit long. Mais ce n'est rien à côté de tous les ressentis qui dépassent l'indice Humidex 54 et indiquent un coup de chaleur imminent.

Comment est calculé cet indice Humidex ?

En été, c'est l'humidité qui détermine si la chaleur sera ressentie de manière plus inconfortable. Pour réguler nos coups de chaud, le corps se sert de la sueur pour conserver au mieux la fraîcheur. Mais plus l'humidité ambiante est importante, moins la sueur s'évapore et moins le corps peut en produire. C'est le même mécanisme qui fait que dans les pays tropicaux où la température avoisine généralement les 30°C, on a l'impression de suffoquer.

Vous l'aurez donc compris, ce qui rend cet épisode caniculaire aussi inquiétant que celui de 2003, c'est qu'il combine forte chaleur et taux d'humidité important. La température ressentie ne sera pas exactement de 48 degrés, mais une chose reste certaine, elle vous causera beaucoup d'inconfort.

Erreur lors du chargement du média :
Source introuvable