Après deux ans de location, ils retrouvent leur appartement tapissé d'ordures

Pixabay

La locataire a signalé qu'elle ne pourrait pas régler ses dettes et a saisi une commission de surendettement. Le couple propriétaire de l'appartement est dépité.

Claude et Paulette Guibelin sont révoltés. En pénétrant la semaine dernière dans leur appartement de La Roche-sur-Yon, en Vendée, ils ont découvert une vision d'enfer: "des ordures, des bouteilles d’alcool, des excréments de chiens dans le placard, de l’urine et de la bière séchées dans l’escalier… Et une odeur atroce", ont-ils raconté à Ouest France.

La gazinière de la cuisine "tombe en morceaux", précise également le quotidien. Des cartons et des sacs tapissent les autres pièces. Des insectes morts jonchent le sol. Le sous-sol est quant à lui recouvert de mégots, de bouteilles vides et de détritus. 

Le couple Guibelin raconte avoir loué en 2015 l'appartement à une personne placée "sous curatelle renforcée de l’Union départementale des associations familiales (Udaf)". Un gage de confiance selon le couple. Et pourtant: un an après l'arrivée du locataire, celle-ci débarque avec "une troupe de dix personnes avec des animaux". 

>> A LIRE AUSSI - EN VIDEO - Après quatre ans de location, son appartement est devenu une porcherie

"L’argent qu’elle nous doit, on s’assoit dessus"

La police intervient régulièrement, alertée par les voisins. La locataire cesse de payer le loyer à partir de juillet 2016. Six mois plus tard, un avocat et un huissier sont chargés de résoudre le différent qui oppose les propriétaires à la locataire. Celle-ci refuse de quitter l'appartement. Fin 2017, l'huissier profite de l'absence de la locataire pour changer les serrures du lieu. 

Ce n'est que six mois plus tard, le 19 février dernier, que le couple Guibelin a pu récupérer les clefs de son appartement. Les ordures sont si nombreuses que le couple ignore comment il va s'en sortir: "On ne peut mettre qu’un sac par semaine à la collecte. Et faire venir un professionnel coûterait 2 000 euros", explique-t-il, avant d'ajouter: "Ce loyer, c’était un complément de revenus". 

A ces mauvaises nouvelles s'en ajoute une autre: la locataire a signalé qu'elle ne pourrait pas régler ses dettes et a saisi une commission de surendettement: "Alors l’argent qu’elle nous doit, on s’assoit dessus", peste le couple, qui a décidé, une fois le nettoyage de l'appartement achevé, de vendre son bien.