A Lyon, une jeune femme meurt d'une otite malgré deux visites aux urgences

Son otite a dégénéré en abcès cérébral, une complication rare. La mère de Leana estime que les médecins n'ont pas suffisamment pris au sérieux le cas de sa fille. 

Une étudiante nicaraguayenne de 19 ans est morte le 23 février dernier à l'hôpital Edouard Herriot de Lyon des suites d'une otite, et ce, malgré plusieurs visites aux urgences la semaine précédant sa mort, rapporte Le Progrès

La jeune femme avait été transportée à l'hôpital deux jours avant son décès. Là, les médecins n'ont pu que constater son état de mort cérébrale. 

Son otite, diagnostiquée à deux reprises par les médecins de l'établissement, avait vraisemblablement dégénéré en abcès cérébral, entraînant une hypertension intra-crânienne létale.

"Pas pris au sérieux"

Pourtant, la jeune femme s'était rendue deux fois aux urgences la semaine précédant sa mort ; la première le 9 février, la seconde le 12 février. Mais selon sa mère, qui s'est temporairement établie à Lyon, Leana et ses amis "n'ont pas été pris au sérieux". 

A sa première visite, relate Le Progrès, des antalgiques et des antibiotiques sont prescrits à la jeune fille, un "traitement adapté" selon le chef des urgences de l'hôpital, Karim Tazaourte. Mais deux jours plus tard, les médicaments n'ont toujours pas fait effet et Leana passe "la nuit à vomir". Elle se rend de nouveau aux urgences où elle patiente huit heures avant de voir un médecin, son cas n'étant pas jugé urgent. 

Elle est finalement renvoyée chez elle avec un autre traitement antalgique, ses examens s'étant révélés "normaux". Elle mourra dix jours plus tard. 

>> A LIRE AUSSI - Décès en Haute-Aquitaine: quels sont les symptômes de la rougeole?

Une procédure au civil

La mère de la jeune fille prévoirait "d'engager une procédure civile", l'affaire ayant peu de chance d'aboutir au pénal.

Leana, qui était arrivée en France en août 2017, étudiait depuis la rentrée la littérature à l'université Lyon 2.