3 millions de Français n'ont pas accès à une hygiène correcte

Selon un sondage Ifop révélé en exclusivité par France Inter, trois millions de Français n'auraient pas les moyens de conserver une hygiène correcte.
3 millions de Français n'ont pas accès à une hygiène correcte
Selon un sondage Ifop révélé en exclusivité par France Inter, trois millions de français n'auraient pas les moyens de conserver une hygiène correcte. CHARLY TRIBALLEAU / AFP

Si pour certain, se doucher, se laver les cheveux ou faire une lessive peut avoir l'air d'un geste simple et évident, pour d'autres, c'est parfois beaucoup plus compliqué. Dans un sondage réalisé par l'Ifop et révélé par France Inter, près de trois millions de personnes en France n'auraient pas accès à une hygiène correcte, et ce, en raison de leur situation financière.

L'étude porte sur les 10 millions de Français les plus pauvres. Elle révèle que près de deux tiers d'entre-eux auraient renoncé à acheter du savon ou du shampoing, ou même de limiter leur consommation de papier toilette. Le calcul est simple : plus les produits sont chers, moins les plus pauvres peuvent se les procurer.

Environ 5 millions de personnes laveraient leur linge à la main et plus d'une fois sur deux, elle ne peuvent pas utiliser de lessive et sont forcées de se retrancher vers le savon, le gel douche ou même du liquide vaisselle, pour nettoyer leurs vêtements.

Couches, tampons, tout y passe.

Les chiffres ne s'arrêtent pas là. Plus d'1,5 million de femmes ne sont pas en mesure de changer fréquemment et suffisamment de serviettes hygiéniques ou tampons, ou ont recours à des moyens de substitution de fortune. Près de 3 millions de personnes ont déclaré ne pas pouvoir remplacer régulièrement les couches de leurs enfants.

Ces Français se retrouvent alors propulsés dans un véritable cercle vicieux. Leur vie sociale et professionnelle en pâtit lourdement et les empêche de sortir de leur précarité. Près de deux millions de personnes ont déclaré se sentir mal à l'aise par rapport à leur hygiène et près de trois quart d'entre elles annoncent avoir déjà annulé un entretien d'embauche en raison de leur apparence. Pas d'entretien, pas d'espoir de sortir de la pauvreté.