Une majorité parlementaire pour Macron? C'était "totalement utopique" pour Fillon

afp.com/Christophe ARCHAMBAULT

En mars 2017, François Fillon, alors en pleine campagne présidentielle, estimait qu’Emmanuel Macron ne pourrait pas obtenir une majorité de députés de son mouvement la République En Marche à l’Assemblée nationale. Force est de constater qu’il s’est lourdement trompé.

N’est pas Madame Irma qui veut. Peu de temps après les résultats du second tour des législatives, et l’obtention de 350 sièges pour La République En Marche, le média d’informations Brut a sorti une compilation de déclarations chocs de quelques grandes figures de la droite prononcées lors de la campagne présidentielle.

Une période prompte aux amabilités en tout genre et durant laquelle tous les coups sont permis pour déstabiliser son adversaire. La technique de François Fillon, très affaibli en mars dernier à cause de l’affaire Penelope, était de décrédibiliser son adversaire Emmanuel Macron, encore inconnu du grand public il y a deux ans.

Une majorité à l’Assemblée? Impossible

François Fillon, épaulé par François Baroin, Jean-François Copé et Eric Ciotti, a ainsi martelé que, même si Emmanuel Macron parvenait à se faire élire président de la République, jamais il n’obtiendrait une majorité de députés LREM à l’Assemblée nationale.

VIDÉO. Législatives: les six leçons à retenir du scrutin

Pour le candidat perdant de la droite, le scénario du 18 juin 2017 permettant à 350 députés du mouvement du chef de l’Etat d’entrer au Palais Bourbon, était inenvisageable. "C’est pas les députés Internet d’Emmanuel Macron qui vont être élus demain" affirmait-t-il.

Jean-François Copé, lui, était persuadé qu’ "il n’aura même pas de majorité pour gouverner aux législatives". "Parce que le socle est faible" expliquait encore François Baroin. "Ça n’arrivera pas. Enfin c’est juste une vue de l’esprit. C’est totalement utopique", clamait François Fillon sur le plateau de France 2.

Moins forte qu’annoncée, la vague Macron à l’Assemblée aura malgré tout déjoué les projections des ténors Républicains.

A LIRE AUSSI >> Pourquoi la vague de la République en marche est moins forte que prévue

Retrouvez-nous sur Facebook

Suivez-nous sur Twitter