Union Européenne : deux femmes nommées à des postes clés

Les 28 ont (enfin) trouvé un accord. Après 48 heures de négociations difficiles, les dirigeants européens ont dévoilé mardi 2 juillet 2019 les candidats nommés aux postes de pouvoir de l’Union. 

UE : deux femmes nommées à des postes clés
Les 28 ont (enfin) trouvé un accord. Après 48 heures de négociations, difficiles, les dirigeants européens ont dévoilé mardi 2 juillet 2019 les candidats nommés aux postes de pouvoir de l’Union. RMC

"Le Conseil européen s’est accordé sur les futurs dirigeants des institutions de l’UE" a tweeté Donald Tusk ce mardi, avant de présenter les nouvelles têtes en question sur le réseau social. Et ce sont deux femmes, pour la première fois de l’Histoire, qui devraient occuper les plus hautes fonctions de l’Europe. 

Pour succéder au Luxembourgeois Jean-Michel Junker, les 28 ont nommé l’actuelle ministre de la Défense outre-Rhin, Ursula von der Leyen, à la présidence de la Commission. Alors que la chancelière Angela Merkel s’est par ailleurs félicitée d’une nomination allemande pour "la première fois depuis cinquante-deux ans" à ce poste selon Le Monde, la France a elle aussi obtenu une belle part du gâteau. C’est en effet Christine Lagarde, à la tête du Fonds monétaire international depuis 2011, qui devrait diriger la Banque centrale européenne, récupérant ainsi le flambeau des mains de l’Italien Mario Draghi.

Charles Michel élu président du Conseil européen

"Je suis très honorée d’avoir été nominée pour la Présidence de la BCE", a réagi la principale intéressée sur son compte Twitter, avant de préciser qu’elle avait "décidé de quitter provisoirement (ses) fonctions de DG du FMI durant la période de nomination".

Le Conseil européen a en outre élu son prochain président : c’est le Premier ministre belge Charles Michel qui prendra les rênes après le Polonais Donald Tusk. Enfin, si l’arrivée de telles figures de droite à la tête de l’UE n’est pas pour ravir les sociaux-démocrates, ceux-ci peuvent néanmoins se consoler avec la nomination du ministre socialiste espagnol Josep Borrell à la représentation des Affaires étrangères. Sans compter que le démocrate italien David Sassoli vient d’être choisi, ce mercredi 3 juillet, par les eurodéputés pour prendre la présidence du Parlement européen. 

Erreur lors du chargement du média :
Source introuvable