"Pays légal": Griveaux cite par erreur Charles Maurras

Le porte-parole du gouvernement a attribué par erreur à l'historien résistant Marc Bloch des propos du nationaliste Charles Maurras.
Benjamin Griveaux, photographié à Paris en octobre 2018 afp.com/Bertrand GUAY

Un porte-parole d'un gouvernement autoproclamé "progressiste" peut-il citer en exemple Charles Maurras, père du nationalisme intégral? A première vue, la réponse est non. Cette mésaventure est pourtant arrivée ce jeudi à Benjamin Griveaux. Le ministre s'est emmêlé les pinceaux sur France Inter et a confondu le théoricien de l'Action française et Marc Bloch, l'historien résistant.

Interrogé sur l'interview télévisée d'Emmanuel Macron, Benjamin Griveaux rappelle d'abord l'importance de la "pédagogie" et de "l'écoute" en politique. "Ça veut dire aussi (...) de se rendre dans les régions et y aller avec nos directeurs d'administration centrale qui parfois ont une vision un peu parisienne, un peu jacobine de ce qui se fait en régions", poursuit-il, soucieux de combattre le procès en déconnexion instruit contre le gouvernement.

Confusion entre Bloch et Maurras

"Donc, les technocrates vont rencontrer le réel", analyse le journaliste Nicolas Demorand. Réponse du tac au tac de Benjamin Griveaux: "C'est le pays légal qui rencontre le pays réel pour reprendre les propos de Marc Bloch il y a bien longtemps." Problème, ces "propos" n'ont pas été tenus par l'auteur de L'Étrange Défaite, exécuté en 1944 et source d'inspiration régulière pour les responsables politiques de tous bords. La distinction entre le "pays légal" et le "pays réel" a été théorisée par l'essayiste antisémite Charles Maurras, condamné après-guerre à la dégradation nationale et la réclusion à perpétuité.

Ce royaliste opposait un "pays réel", enraciné, à un pays "légal", incarné par les institutions républicaines. Ce dernier s'appuyait selon lui sur quatre "états confédérés: "juifs, protestants, francs-maçons et métèques." "Le pays officiel et légal, qui s'identifie au gouvernement parce qu'il en retire l'aliment de sa vie, ce petit pays constitutionnel commence néanmoins à voir et à entendre l'émotion qui gagne le pays vrai, le pays qui travaille et qui ne politique pas", écrivait-il dans son Enquête sur la monarchie, rappelle Slate. Cette distinction avait donc une portée politique lourde, et ne se limitait pas à pointer la déconnexion de certaines élites.

Dans la matinée, le porte-parole du gouvernement s'est excusé de sa méprise sur Twitter. Et a invité tout le monde à relire Marc Bloch.

Un hashtag pour railler Benjamin Griveaux

L'erreur historique de Benjamin Griveaux a en tout cas suscité l'agacement et l'ironie de plusieurs internautes. Sur Twitter, il raillent la boulette du porte-parole du gouvernement.