On en sait un peu plus sur le futur président de l'Assemblée nationale

Alors que François de Rugy a annoncé sa candidature, les porte-paroles du gouvernement et de LREM ont affirmé leur souhait de voir un de leur membre accéder au perchoir.
L'hémicycle de l'Assemblée nationale avant un débat le 5 février 2016 à Paris afp.com/LIONEL BONAVENTURE

Qui pour s'asseoir au Perchoir ? A quelques jours de l'ouverture de la nouvelle législature, plusieurs noms circulent pour la présidence de l'Assemblée nationale et succéder à Claude Bartolone. Ce lundi, Christophe Castaner, porte-parole du gouvernement et Benjamin Griveaux, porte-parole de LREM, ont précisé le profil du candidat idéal, indiquant qu'il ou elle devrait être membre du parti d'Emmanuel Macron.

"La République en Marche ayant une majorité claire, absolue, en particulier avec le Modem, il est souhaitable que ça puisse être quelqu'un issu de la République en Marche", a indiqué Benjamin Griveaux sur Europe 1, rejoint par Christophe Castaner sur RTL."J'ai le sentiment qu'il y a suffisamment de forces vives dans la République en Marche pour qu'on puisse s'appuyer sur une femme ou un homme qui viendra de notre majorité, qui devra aussi animer, au delà de la majorité, l'ensemble des groupes parlementaires de l'Assemblée".

De Rugy seul candidat officiel

C'est un nouveau son de cloche par rapport aux semaines précédentes, lorsque l'Elysée laissait filtrer que le Perchoir pourrait bien revenir à une personnalité de droite, comme Thierry Solère ou Laure de la Raudière, considérés comme "Macron-compatible".

Un seul s'est pour l'instant officiellement porté candidat. L'ancien d'EELV François De Rugy a profité de sa réélection dans la 1ere circonscription de Loire-Atlantique pour se déclarer au Figaro. "Je suis un député sortant, j'ai été co-président de groupe, j'ai été vice-président de l'Assemblée nationale, donc je pense que j'ai l'expérience nécessaire", a-t-il estimé. Ça tombe bien, l'ancien candidat à la primaire de la gauche a été investi sous l'étiquette LREM.

Une femme privilégiée?

Deux femmes LREM pourraient faire partie de la short-list officieuse, alors que le Canard Enchaîné rapportait récemment la volonté d'Emmanuel Macron de voir une femme accéder au perchoir. Barbara Pompili, ancienne co-présidente du groupe EELV a l'Assemblée, élue sous l'étiquette LREM dans la 2e circonscription de la Somme, mais également Brigitte Bourguignon, élue dans la 6e circonscription du Pas-de-Calais, citée comme prétendante dans le JDD.

"Je ne sais pas du tout pourquoi mon nom est sorti. je suppose qu'on a regardé les chiffres du premier tour, la présence à l'Assemblée, la proximité territoriale, une personnalité de gauche" avait-elle réagi dans les colonnes de La Voix du Nord.

Le nom de Stéphane Travert, ex-socialiste réélu sous l'étiquette LREM dans la 3e circonscription de la Manche est également régulièrement cité.