Nadine Morano s’en prend (encore) à Sibeth Ndiaye

Quelques heures après le passage de la porte-parole du gouvernement sur BFMTV, ce lundi 22 juillet 2019, l’ancienne ministre a vivement réagi à ses propos qui la qualifiaient de raciste.

Nadine Morano s’en prend (encore) à Sibeth Ndiaye
Quelques heures après le passage de la porte-parole du gouvernement sur BFMTV, ce lundi 22 juillet 2019, l’ancienne ministre a vivement réagi à ses propos qui la qualifiaient de raciste. BFMTV

Tout est parti, comme souvent avec Nadine Morano, d’un tweet. Le 18 juillet dernier, cette dernière exprimait son ressentiment après avoir écouté cette fameuse interview de Sibeth Ndiaye, sur CNews, où elle estimait que "nos concitoyens ne mangent pas du homard tous les jours, bien souvent c’est plutôt des kebabs". "Outrée mais habituée à entendre ses inepties débitées souvent en tenue de cirque", écrit-elle alors sur le réseau social, avant de préciser, on ne sait trop pourquoi, que la porte-parole du gouvernement est une "Sénégalaise très bien née ayant obtenu la nationalité Française il y a 3 ans". Et d’ajouter : "Visiblement avec de grandes lacunes sur la culture française. Indigne de cette fonction gouvernementale en France."

Outrée mais habituée à entendre ses inepties débitées souvent en tenue de cirque... Sénégalaise très bien née ayant obtenu la nationalité Française il y a 3 ans... visiblement avec de grandes lacunes sur la culture française. indigne de cette fonction gouvernementale en France https://t.co/ZYwul3pliB

— Nadine Morano (@nadine__morano) 19 juillet 2019

Invitée lundi matin sur le plateau de BFMTV Sibeth Ndiaye a eu l’occasion de dénoncer ces propos, estimant d’abord "qu’il faut essayer d’élever un petit peu le débat et ne pas se rouler dans la fange avec ceux qui s’y complaisent". Pour justifier son envie de prendre la nationalité française, il y a 3 ans de ça comme l’a si bien souligné Nadine Morano, la secrétaire d’État rappelle les valeurs du pays que sont notamment "l’égalité et la fraternité". "Ça implique qu’on ne dise pas de l’Arabe qu’il est voleur, ou qu’on ne dise pas du Noir qu’il est paresseux et porte des tenues de cirque", affirme-t-elle, avant de souligner : "Vous savez, le racisme, ça n’est pas simplement de dire 'tu es noir et tu es bête', c’est d’avoir des insinuations, d’avoir des propos sous-jacents qui donnent des stéréotypes."

"Une opération de communication" face à l’affaire de Rugy

Plus tard dans la journée, c’est au tour de Nadine Morano de prendre la parole, toujours sur BFMTV, dans ce qui au-delà d’une polémique s’apparente de plus en plus à un clash. Déclarant d’entrée de jeu qu’elle ne regrette "absolument pas" son tweet, l’ancienne ministre se lâche. Elle dénonce d’abord "une opération de communication orchestrée sur la victimisation", rappelant ensuite "qu’il y avait l’affaire du Rugy" et estimant donc qu’il s’agit d’un prétexte pour détourner l’attention : "On s’est dits, ‘Super, y’a un tweet de Nadine Morano, on va essayer de monter ça en contre-feu’."

Quant au tweet en question, et ses propos jugés racistes, Nadine Morano se dédouane en précisant n’avoir "jamais évoqué (…) la couleur de sa peau". "Ce n’est pas le sujet. Le sujet, c’est le comportement de Sibeth Ndiaye", dit-elle sur BFMTV. Et la députée européenne de s’agacer non seulement sur "la désinvolture" de cette dernière, rappelant au passage son commentaire malheureux à la disparition de Simone Veil ("La meuf est morte"), mais aussi (et surtout, en long et en large) sur son "accoutrement". 

La couleur de peau de Sibeth Ndiaye vue comme "un totem d’immunité"

"Il suffit de voir comment elle est arrivée accoutrée le 14 juillet, qui est notre cérémonie nationale où nous rendons hommage aux forces armées, et où votre fonction vous oblige à une tenue respectueuse, protocolaire qu’elle ne respecte pas. Elle s’en moque, elle en rigole. Et je trouve ça lamentable", fustige ainsi Nadine Morano, qui estime en outre que Sibeth Ndiaye "sait très bien qu’il n’est pas convenable de venir accoutrée comme elle le vient dans nos cérémonies françaises". 

"Parce qu’elle est noire, elle dispose d’un totem d’immunité", va même jusqu’à dire l’ancienne ministre de Nicolas Sarkozy, avant de s’échauffer : "Si elle est nulle, il est interdit de le dire. Si elle fait des fautes, il est interdit de le dire. Si elle s’habille de façon non conforme à la fonction qui est la sienne, il est interdit de le dire. Eh bien non, je ne suis pas d’accord, je considère que j’ai droit à la critique politique, j’ai droit à ma liberté d’expression, et qu’elle soit noire, blanche, ou autre chose, peu importe !

Faisant enfin valoir sa "liberté d’expression", Nadine Morano fait savoir qu’elle n’a que faire que ses propos "plaise(nt) ou pas". Par contre, la juger raciste, franchement… "C’est juste en fait de la victimisation, quand on n’a rien à dire on parle de racisme", conclut-elle, les yeux levés au ciel.

Erreur lors du chargement du média :
Source introuvable