Marine Le Pen reconnaît avoir "raté" son débat face à Emmanuel Macron

Invitée de TF1, la présidente du Front national a admis, sur le plateau du 20 heures, être passée à côté du débat d'entre-deux-tours face à Emmanuel Macron.

Ce jeudi soir, Marine Le Pen était l'invitée du 20 heures de TF1 face à Gilles Bouleau. Deux semaines après la victoire de son rival Emmanuel Macron, la présidente du Front national est revenue sur le débat d'entre-deux-tours, co-organisé par TF1 et France 2.

"Incontestablement, il y a ce débat qui a été raté, il faut le dire, je le dis très clairement", a-t-elle reconnu, alors qu'elle était interrogée sur les raisons de son décrochage après sa qualification au premier tour. "J'ai souhaité mettre en avant les très grandes craintes que je nourrissais à l'égard d'Emmanuel Macron. Je l'ai fait avec fougue, passion, peut-être trop de fougue, trop de passion, certains n'attendaient pas cela, dont acte." 

A LIRE AUSSI > Débat d'entre-deux-tours: Nathalie Saint-Cricq s'exprime après le duel houleux entre Le Pen et Macron

Une fougue "nécessaire"

L'eurodéputée frontiste, qui se présente aux législatives à Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais), avait été très critiquée après sa prestation agressive et vindicative à l'endroit de son adversaire En marche. Peu encline à détailler son propre programme, la candidate avait attaqué frontalement l'ancien ministre de l'Economie sur son passé au sein du gouvernement, ce qui avait provoqué les railleries inspirées des réseaux sociaux. 

A LIRE AUSSI > VIDÉOS. Débat d'entre-deux tours: les phrases choc qui ont fait l'Histoire

"Cette fougue, elle va être nécessaire pour le combat que nous devons mener maintenant à l'Assemblée nationale et pour protéger les Français de la dérégulation, que monsieur Macron va mettre en œuvre dès l'été par ordonnances, de l'immigration massive pour laquelle il s'est prononcé, de cette prise en main par les grands intérêts privés au détriment de l'intérêt national", a-t-elle ajouté. Florian Philippot, n°2 du FN, a de son côté salué ses déclarations sur BFMTV, soulignant le fait que les mea culpa étaient relativement rares en politique. 

Retrouvez-nous sur Facebook

Suivez-nous sur Twitter