Manuel Valls revient sur son départ en Espagne

En pleine course aux municipales à Barcelone, Manuel Valls est revenu sur son départ politique en Espagne, dans un entretien accordé au Journal Du Dimanche.

Manuel Valls revient sur son départ en Espagne
En pleine course aux municipales à Barcelone, Manuel Valls est revenu sur son départ politique en Espagne, dans un entretien accordé au Journal Du Dimanche. OSCAR DEL POZO / AFP

Ministre de l'Intérieur, puis Premier ministre de François Hollande, la carrière politique de Manuel Valls n'avait fait aller que de l'avant. Puis, après une succession d'échecs électoraux, c'était avec grande surprise qu'il annonçait mettre un terme à sa carrière. Du moins en France. L'homme politique a jeté son dévolu sur ses origines, l'Espagne, et sur la mairie de Barcelone.

Dans un entretien au JDD ce dimanche 17 mars, Manuel Valls a raconté sa nouvelle vie et a parlé des élections : "Si je ne gagne pas, ce ne sera pas la fin du monde", a-t-il promis. Mais il a tout de même admis ne pas avoir complètement fermé la porte à la France. "Ou bien je continuais à être député en France, en attendant que la roue tourne et qu'on me propose de revenir au gouvernement. Les gens disent : 'Il ne serait jamais revenu au gouvernement'... Mais qui peut l'affirmer ?", explique le politicien. On est jamais à l'abri d'une bonne opportunité.

Manuel Valls n'hésite pas à tacler François Hollande

Manuel Valls n'a donc pas caché vouloir revenir au gouvernement. Mais surtout pas un qui soit dirigé par François Hollande. L'ancien Premier ministre n'a pas hésité à lourdement tacler son ancien président. "Attendre que Macron se plante, faire ce que fait François Hollande ? Aucun intérêt ! Sans compter que si Macron échoue, qui dit que ça reviendra à la gauche réformiste qui a gouverné avant ? C'est tout le contraire qui arrivera", a déclaré Manuel Valls.

Attendre les erreurs des autres ? Très peu pour lui. Manuel Valls préfère aller s'occuper ailleurs pendant que le vent tourne. On n'est jamais trop prudent.