Génocide arménien : le 24 avril deviendra journée nationale de commémoration

Lors d'un discours devant le Conseil de coordination des organisations arméniennes de France, Emmanuel Macron a annoncé que le 24 avril serait désormais une "journée nationale de commémoration du génocide arménien".

RMC

C'était une promesse de campagne d'Emmanuel Macron. Devant le Conseil de coordination des organisations arméniennes de France, le chef de l'État honore ainsi sa promesse en annonçant que le 24 avril va devenir "journée nationale de commémoration du génocide arménien".

"La France, c'est d'abord et avant tout ce pays qui sait regarder l'histoire en face, qui dénonça parmi les premiers la traque assassine du peuple arménien, qui dès 1915 nomma le génocide pour ce qu'il était, qui en 2001, à l'issue d'un long combat, l'a reconnu dans la loi et qui fera dans les prochaines semaines du 24 avril une journée nationale de commémoration du génocide arménien", a-t-il déclaré, dans la vidéo ci-dessous.

Au cours de la soirée, Emmanuel Macron a aussi rendu hommage à Charles Aznavour, décédé le 1er octobre 2018. Le fils du chanteur, Nicolas Aznavour, lui a offert un doudouk, une flûte traditionnelle arménienne en bois d'abricotier. Le chef de l'État a également rendu hommage au compositeur Michel Legrand, dont la mère était d'origine arménienne.

Erreur lors du chargement du média :
Source introuvable

À la suite de cette annonce du chef de l'État, la Turquie n'a pas tardé à réagir. Sans surprise, elle a "fermement condamné" la décision de la France.

"Nous condamnons et rejetons les tentatives de M. Macron, qui fait face à des problèmes politiques dans son pays, de sauver sa situation en transformant des événements historiques en matériau politique", a déclaré le porte-parole de la présidence turque, dans un communiqué.

La Turquie reconnaît qu'un grand nombre d'Arméniens ont été tués par les troupes de l'Empire ottoman entre 1915 et 1917 mais conteste l'idée qu'il y ait eu une volonté systématique de les exterminer. De ce fait, Ankara rejette le terme "génocide".

La France a reconnu officiellement en 2001 le génocide arménien, commémoré officiellement chaque année le 24 avril en Arménie.