La limitation de vitesse à 80km/h sauve 206 vies

Christophe Castaner défend le bilan du gouvernement, et "assume" la mesure ô combien controversée d’abaissement de la limitation de vitesse à 80km/h, dans un discours prononcé devant le Conseil national de sécurité routière (CNSR) ce mardi 9 juillet 2019.

La limitation de vitesse à 80km/h sauve 206 vies
Christophe Castaner assure que la mesure, controversée, aurait été d'autant plus efficace si ce n'était pour les "dégradations et destructions de radars" pendant la crise des "gilets jaunes". DAMIEN MEYER / AFP

Le ministre de l’Intérieur a pris la parole pour clore la séance du CNSR, autrement surnommé le "parlement" de la Sécurité Routière. "Notre volontarisme a produit des résultats", s’est-il félicité, rappelant que l’année 2018 a été la moins meurtrière de l’histoire routière. Si 3 488 personnes ont encore été tuées dans des accidents de la route l’an passé, cela reste 5,3% de moins que l’année précédente. Une tendance qui semble en outre se maintenir sur les six premiers mois de l’année, avec 9 morts de moins qu’au premier semestre 2018, indique l’AFP.

Saluant un "travail collectif", sur "l’éducation et la prévention" comme "la sanction assumée des comportements dangereux", Christophe Castaner n’a pas manqué d’évoquer l’application controversée d’une limitation de vitesse à 80km/h sur pas moins de 400 000 kilomètres de routes secondaires à double sens, sans séparateur central, à travers l’Hexagone. Il a ainsi déclaré "assumer le côté peu politique, peu populaire" d’une telle mesure, indiquant qu’elle aura permis d’épargner 206 vies, selon une estimation de la Sécurité Routière. Et le ministre de commenter : "Ce chiffre aurait sans nul doute été plus important encore sans les dégradations et destructions de radars."

Des radars opérationnels et même plus performants

Évoquant ainsi des dommages provoqués pendant le mouvement de contestation dit des "gilets jaunes", Christophe Castaner précise : "Près de 1 000 radars fixes ont été détruits et, au plus fort de la crise, 75% du parc a été endommagé." Mais alors qu’on entre en pleine période estivale, les Français s’apprêtant donc à reprendre la route en masse, le ministre de l’Intérieur prévient : "Nous avons commencé à remplacer des radars détruits, nous poursuivrons cela. Beaucoup de radars ont été remis en état de fonctionnement.

Il ajoute en outre que les remplacements des appareils se font avec "des radars modernes, perfectionnés, capables de constater les feux non respectés mais aussi l’usage du téléphone au volant". Tout semble ainsi indiquer que, malgré l’impopularité des mesures prises par le gouvernement sur la sécurité routière, celui-ci ne va pas aller en s’adoucissant. Christophe Castaner a d’ailleurs commenté sur une nouvelle sanction prévue dans la Loi d’orientation des mobilités (LOM) : la suspension du permis en cas d’infraction commise pendant une utilisation du téléphone portable. Une sanction qu’il juge "réellement dissuasive, réellement utile et nécessaire". Peut-être, mais une chose est sûre : son avis ne fera pas l’unanimité.

Erreur lors du chargement du média :
Source introuvable