Grand débat national : l'heure du grand bilan

Plus de deux mois après le lancement du grand débat national, Édouard Philippe doit livrer, ce 8 avril, la synthèse des contributions des Français.
 Grand débat national : l'heure du grand bilan
Plus de deux mois après le lancement du grand débat national, Édouard Philippe doit livrer, ce 8 avril, la synthèse des contributions des Français. BFMTV

Semaine capitale pour l'exécutif, c'est l'heure du bilan pour le grand débat national. Plus de deux mois après son lancement à la suite de la crise des Gilets jaunes, le Premier ministre présente ce lundi 8 avril les résultats de l'ensemble des consultations. Un moyen pour tirer les conclusions et enseignements d'un processus inédit au surlendemain de la 21e journée de mobilisation des Gilets jaunes.

Près de la moitié du gouvernement, les cinq "garants" du grand débat, des citoyens, représentants d'associations et partenaires sociaux, maires, et une centaine de directeurs d'administration, sont réunis sous la verrière du Grand Palais à Paris pour cette synthèse baptisée "restitution".

D'après le comptage officiel, plus de 1,5 million de personnes ont participé au grand débat national : un tiers via le site dédié, un tiers dans les quelque 10.000 réunions locales, un tiers dans les 16.000 cahiers de doléances ou par courrier libre.

Erreur lors du chargement du média :
Source introuvable

D'après les premières consultations, les contributions font apparaître une demande "massive" de baisse d'impôts, avec une priorité accordée à la TVA et l'impôt sur le revenu, selon une source gouvernementale. En revanche, le flou est plus grand concernant les dépenses à baisser, même si les contributeurs avancent les pistes de la défense ou du logement. Sébastien Lecornu, ministre chargé des Collectivités territoriales, a affirmé que le rétablissement de l'ISF et l'instauration du référendum d'initiative citoyenne (RIC), réclamés par les Gilets jaunes, se sont "progressivement dilués avec d'autres préoccupations". En effet, 27,8 % des Français qui ont participé aimeraient que les plus riches contribuent davantage, via le rétablissement de l’ISF (10,3 %) et 34,7 % souhaitent également que tout le monde paye l’impôt sur le revenu.

Après cette première consultation, les mesures seront annoncées mi-avril mais après un tour de France de 80 jours et plusieurs heures de débats, Emmanuel Macron pourrait distiller des mesures jusqu'à l'été. Le chef de l'État a promis de répondre sans "reniement" ni "entêtement" aux souhaits des Français, un "en même temps" qui maintient le flou.