Édouard Philippe : les annonces fortes de son discours

Ce mercredi 12 juin 2019, à l'occasion de son discours de politique générale devant l'Assemblée nationale tant attendu, Édouard Philippe a lancé l'acte II du quinquennat.
Edouard Philippe : les annonces fortes de son discours
Ce mercredi 12 juin 2019, à l'occasion de son discours de politique générale devant l'Assemblée nationale tant attendu, Édouard Philippe a lancé l'acte II du quinquennat. BFMTV

Ce mercredi 12 juin 2019, à l'Assemblée nationale, Édouard Philippe ne portait pas de gilet jaune, mais un costume bleu marine. Cela ne l'a pas empêché d'annoncer "l'acte II" du quinquennat. À 15 heures, le premier ministre a pris la parole devant les députés pour une grande déclaration de politique générale, et a dévoilé une liste de projets ambitieux.

"Voilà deux ans que nous gouvernons et il y a toujours urgence, peut-être davantage", a commencé Édouard Philippe, sans oublier de rappeler par la suite la crise des "Gilets Jaunes" qui touche le pays depuis novembre 2018. Ces mouvements contestataires impliquent nécessairement une "justice sociale", indispensable a annoncé le Premier ministre, pour "permettre à tous de travailler, nous n'en avons pas fini avec le chômage de masse". Il a ainsi déclaré vouloir "mettre fin au recours abusif aux contrats courts". Une décision à rebours de la souplesse laissée aux entreprises par le gouvernement il y a quelques mois.


Une grande refonte du chômage et baisses des impôts

Grand changement qui impactera les français au plus près : le chômage. Son indemnisation devrait normalement devenir dégressive pour les salariés percevant les salaires les plus élevés. Le Premier ministre a également promis que les salariés démissionnaires et les travailleurs indépendants auraient droit à l'indemnisation. Une avancée certaine en la matière. Cette indemnisation sera accompagnée d'un renforcement de l'accompagnement pour les demandeurs d'emploi.

Édouard Philippe a également promis une baisse des impôts sur le revenu pour les ménages de la première tranche : de l'ordre de 350 euros en moyenne, par foyers. Au total, les impôts des français et françaises devraient diminuer de 27 milliards d'euros sur l'ensemble du quinquennat. Il est également prévu une suppression de la taxe d'habitation sur les résidences principales avant 2023. La "prime Macron" de 1000 euros devrait également être reconduite dans les entreprises pour 2020.

Réforme des retraites : on y arrive

Côté retraites, le Premier ministre a ainsi annoncé vouloir "préparer le vieillissement de notre population. [...] Nous sommes mal préparés", précisant qu'Agnès Buzyn, la ministre de la Santé, "présentera à la fin de l’année un projet de loi qui définira la stratégie et les moyens à mettre en place sur les enjeux de la dépendance". Une réforme qui devrait être "l’un des grands marqueurs sociaux de ce quinquennat, peut-être l’un des plus importants", assure-t-il.

Il promet la mise en place d'un régime universel des retraites pour faire en sorte que les personnes ayant travaillé toute leur vie ne touchent pas moins de 85% du SMIC. Il est également prévu de définir "un âge d’équilibre et des incitations à travailler plus longtemps", sans pour autant modifier l'âge légal de départ à la retraite. "Chacun pourra faire son choix, en liberté et en responsabilité", estime-t-il.

Des annonces en matière d'écologie et de sécurité

Le gouvernement n'a pas oublié ceux qui n'ont pas voté pour sa liste aux européennes et les inclue dans ce grand "acte II". En cause : l'écologie et la sécurité. Du côté du vert, Édouard Philippe a assuré que ces "douze prochains mois seront ceux de l’accélération écologique. Le premier axe sera de rendre plus propre notre économie, et tout d’abord notre manière de produire notre énergie et de nous déplacer. Je souhaite que les deux projets de loi soient votés avant l’été". Il entend ainsi donner la possibilité aux français de se chauffer sans polluer ni payer plus. Du côté du gaspillage, il indique que "tous les produits en plastique jetable seront bannis de l’administration à partir de l’année prochaine".

Côté sécurité, la priorité se porte vers le trafic de stupéfiants qui "gangrène des pans entiers de notre territoire. [...] Nous ne devons plus rien laisser passer". Un tel travail passe donc par une réforme des heures supplémentaires des forces de l'ordre.

Édouard Philippe a émis un avis fort, tranché et conservateur sur la question de l'immigration : "Le droit d’asile est un trésor, c’est le prix de la fidélité à nos valeurs. Mais nous devons lutter avec fermeté contre les abus. [...] Nous devons nous assurer que les demandeurs d’asile choisissent la France pour nos valeurs, non pas parce que notre système serait plus favorable qu’un autre. Ces sujets devraient faire l’objet d’harmonisations progressives dans l’Union européenne".

Un projet global plus qu'ambitieux qui va donner du travail au gouvernement. Ne reste plus qu'à espérer que les trois années restantes soient suffisantes pour tout mettre en place, et que ces annonces ne seront pas recyclées en promesses de campagne en 2022...

Erreur lors du chargement du média :
Source introuvable