Alain Juppé nommé au Conseil constitutionnel

Alain Juppé va quitter la mairie de Bordeaux pour faire son entrée au Conseil constitutionnel.
 Alain Juppé nommé au Conseil constitutionnel
Alain Juppé va quitter la mairie de Bordeaux pour faire son entrée au Conseil constitutionnel. BFMTV

Alain Juppé fait son entrée chez les Sages. L'ancien Premier ministre sous la présidence de Jacques Chirac a annoncé qu'il avait accepté la proposition de Richard Ferrand de siéger au Conseil constitutionnel, à la place de Lionel Jospin. "J'ai décidé, il y a plusieurs mois, de ne pas me représenter à l'élection municipale de mars 2020. Je comptais annoncer cette décision au lendemain des élections européennes fin mai prochain. Ma nomination bouleversera ce calendrier", écrit-il dans un communiqué.

Son entrée en fonction au Conseil constitutionnel devrait s'effectuer début mars et il devrait démissionner de tous ses mandats. Pour Richard Ferrand, le président de l’Assemblée national, c'est un choix fort. C'est "un homme d'État, fort d'une expérience de la décision publique, qui saura avec une véritable exigence républicaine garantir le respect des principes et des règles fondamentales de la Constitution de la République". a-t-il expliqué sur RTL.

Erreur lors du chargement du média :
Source introuvable

Après avoir été choisi pour siéger au Conseil constitutionnel, le futur ex-maire de Bordeaux a fait ses adieux à sa ville lors d'une conférence de presse ce 14 février où il a confirmé qu'il allait démissionner. Avec des trémolos dans la voix, comme en témoigne la vidéo ci-dessus, il a déclaré : "Avec bordeaux et son peuple, nous sommes en quelque sorte un vieux couple. C'est un arrachement que de me séparer de qui j'ai tant aimé, à qui j'ai tant donné et qui m'a tant donné en retour...".

Alain Juppé a également rajouté que cette décision est "un honneur". Alors qu'il ne comptait pas se représenter à la mairie de Bordeaux lors des prochaines élections municipales pour "ne pas faire le mandat de trop", l'homme politique a souligné qu'une "raison plus personnelle" l'avait incitée à accepter la nomination chez les Sages.

"L'envie me quitte tant le contexte change" dans la vie politique. "L'esprit public est devenu délétère", a-t-il expliqué, en évoquant "le discrédit des hommes et des femmes politiques, la stigmatisation des élites, la montée de la violence sous toutes ses formes" et "un climat général infecté par les mensonges et les haines que véhiculent les réseaux sociaux".

Pour la ville de Bordeaux, c'est la fin d'une époque. Alain Juppé a dirigé la capitale de Nouvelle-Aquitaine de 1995 à 2004 puis de 2006 à aujourd'hui.