Syrie : les Kurdes remettent à la France des enfants de jihadistes

Une dizaine d’enfants orphelins ont atteri ce lundi 10 juin sur le sol français. Ils se trouvaient dans des camps kurdes en Syrie.

Syrie : les Kurdes remettent à la France des enfants de jihadistes
Une dizaine d’enfants orphelins vont atterrir ce lundi 10 juin sur le sol français. BFMTV

D'après des informations de BFMTV et du Parisien, douze enfants français, la plupart orphelins, ont été remis à la France par les autorités kurdes. Ils ont atterri à l'aéroport de Villacoublay (Yvelines) dans la journée. Les enfants, dont le plus âgé a 10 ans, vivaient dans les camps de Al-Hol et de Roj en Syrie qui sont détenus par les forces kurdes. Les enfants ont été remis "à une délégation du ministère français des Affaires étrangères", selon un responsable kurde, rapporte l'AFP.

Au total, près d’une centaine d’enfants prisonniers serait revenue depuis 2014. "C’est la continuité de la politique d’approche au cas par cas, humanitaire, que le gouvernement a mis en place", déclare une source proche du dossier au Parisien.

Erreur lors du chargement du média :
Source introuvable

Dès leur arrivée en France, les enfants vont être auscultés par un médecin tant sur le plan psychologique que sur le plan médical, avant d'être confiés à l'aide sociale à l'enfance, dans le cadre d'une ordonnance de placement provisoire, valable 10 jours. Avant le terme de ce délai, un juge doit statuer sur leur avenir après avoir organisé une audience. Les familles de ces enfants, notamment les grands-parents, peuvent être invitées à se présenter à cette audience. Le magistrat décidera ensuite de leur capacité à accueillir ces enfants qu’ils rencontrent parfois pour la première fois.

Depuis de nombreux mois, la question du retour des Français partis combattre en Syrie divise l'opinion publique et les politiques. Selon les derniers chiffres du Quai d'Orsay, environ 450 ressortissants français se trouveraient dans le Nord-Est Syrien. Certains se trouvent dans des camps et d’autres sont en prison, dont des enfants. Les autorités kurdes réclament depuis un certain temps le rapatriement des femmes et des enfants de jihadistes étrangers.