Sahel : ce que l'on sait de la libération de deux otages français

Au Burkina Faso, l'armée française a libéré quatre otages, dont deux Français enlevés au Bénin au début du mois de mai. Au cours de l'opération, deux militaires français ont été tués.
L'armée française a libéré quatre otages, dont deux Français enlevés au Bénin au début du mois de mai. Au cours de l'opération, deux militaires français ont été tués. BFMTV

Ce vendredi 10 mai, l'Élysée a annoncé la libération de quatre otages, dont deux Français. Patrick Pique et Laurent Lassimouillas avaient disparu le 1er mai dernier au Bénin lors d'un séjour touristique dans le parc national de la Pendjari. Dans un communiqué, Jean-Yves le Drian, ministre des Affaires étrangères a exprimé son "soulagement." "J'ai appris la libération cette nuit, par l'action de nos forces, de nos deux compatriotes enlevés le 1er mai au Bénin" a-t-il déclaré. 

Les otages ont été libérés dans la nuit du jeudi 9 au vendredi 10 mai au Burkina Faso. Outre les deux Français, "une citoyenne américaine et une ressortissante sud-coréenne ont également été libérées", a ajouté la présidence dans un communiqué. 

Au cours de cette intervention, deux militaires français ont perdu la vie. Il s'agit du "maître Cédric de Pierrepont et du maître Alain Bertoncello, tous deux officiers mariniers au sein du commandement des opérations spéciales", indique l’Élysée dans un communiqué. "La Marine nationale est en deuil", ajoute cette dernière dans une publication sur Facebook.

Ce samedi 11 mai, Emmanuel Macron accueillera à Villacoublay (Yvelines), les deux otages libérés.

Deux soldats français tués

Les deux soldats étaient membres du prestigieux commando Hubert, l'une des sept unités de commandos historiques de la Marine nationale, basée à Saint-Mandrier (Var). Franceinfo indique que Maître Cédric de Pierrepont avait rallié cette unité en août 2012. "Il y occupait les fonctions de chef de groupe commando depuis le 1er avril 2018", précise la Marine nationale. Maître Alain Bertoncello faisait quant à lui partie du commando depuis juillet 2017. Ils avaient respectivement 33 ans et 28 ans.

"Le commando Hubert dispose de groupes spécialisés dans le contre-terrorisme, la libération d’otages et l’action sous-marine avec les nageurs de combat", écrit sur son site, le ministère de la Défense. Depuis 2014, la France a déployé environ 4500 soldats au Sahel dans le cadre de l'opération Barkhane qui vise à lutter contre les groupes djihadistes opérant dans la région.

La semaine prochaine, le chef de l'État présidera une cérémonie d'hommage aux deux militaires tués.

Erreur lors du chargement du média :
Source introuvable