Melania Trump veut limoger une cadre de la Maison Blanche

Elle a demandé à son mari de licencier Mira Ricardel, une collaboratrice de son conseiller à la sécurité nationale.
Donald et Melania Trump à la Maison Blanche, le 24 octobre 2018 afp.com/Brendan Smialowski

La First Lady assume sa position. Par un communiqué de sa porte-parole, elle a fait savoir qu'elle considérait que Mira Ricardel, proche collaboratrice de John Bolton, le conseiller à la sécurité nationale de Donald Trump, "ne mérite plus l'honneur de travailler à la Maison Blanche". Elle plaide donc pour son départ de l'institution.

Pour le moment, la présidence a démenti le limogeage de la numéro deux du conseil de sécurité nationale. Mardi après-midi, en marge d'une cérémonie à la Maison Blanche, à laquelle assistait Mira Ricardel, Donald Trump a seulement lancé à la presse : "Nous en reparlerons."

Tensions à la Maison Blanche

Selon la presse américaine, Mme Ricardel serait la cible de critiques de la part des collaborateurs de Melania Trump depuis son voyage en Afrique début octobre. Le quotidien Wall Street Journal, qui cite des sources ayant eu connaissance du problème, affirme qu'il provient d'une histoire de "placement dans l'avion et des demandes d'utilisation des ressources du Conseil de sécurité nationale".

L'équipe de MelaniaTrump soupçonne également la cadre de la Maison Blanche d'être à l'origine d'"histoires négatives" sur la Première dame et ses collaborateurs.

Pour certains, le flou autour de cette collaboratrice illustre les dissensions entre les différents courants au sein de la Maison Blanche, qui bruisse de rumeurs de départs après le limogeage la semaine dernière du ministre de la Justice Jeff Sessions.

Mira Ricardel aurait affronté verbalement le secrétaire à la Défense, Jim Mattis, et la ministre à la Sécurité intérieure Kirstjen Nielsen, une protégée du secrétaire général de la Maison Blanche John Kelly, elle serait aussi sur le point d'être limogée. En cause, la gestion des migrants sud-américains arrêtés à la frontière.

Mira Ricardel aurait également été l'objet de discussions houleuses entre John Bolton et John Kelly, dont Donald Trump envisage aussi de se séparer, explique Mediapart mardi.

John Kelly aurait déclaré "on est chez les fous" en parlant de la Maison Blanche, selon le journaliste Bob Woodward. Une information qu'a démenti formellement l'intéressé.