Martin Shkreli, "l'homme le plus détesté des Etats-Unis", en prison pour avoir mis à prix les cheveux d’Hillary Clinton

Wikipedia - Flickr

Il avait offert une récompense de 5.000 dollars pour une mèche de cheveux d'Hillary Clinton: une juge new-yorkaise en a eu assez des gestes incontrôlés de l'extravagant entrepreneur de la pharmacie Martin Shkreli, et a décidé de révoquer sa caution pour l'emprisonner.

Martin Shkreli, surnommé "l'homme le plus détesté des Etats-Unis" pour avoir en 2015 fait exploser le prix d'un médicament utilisé pour combattre le sida, avait été jugé coupable de fraude sur titres et de manipulations d'actions début août, à l'issue d'un procès à Brooklyn.

Mais il avait été remis en liberté moyennant une caution de 5 millions de dollars, en attendant de connaître sa sentence.

"La caution a été révoquée et il a été envoyé en prison", a confirmé mercredi soir un porte-parole du procureur fédéral de Brooklyn.

C'est donc en prison que le trentenaire féru de réseaux sociaux et de hip-hop va devoir attendre sa condamnation, dont la date a été fixée au 16 janvier 2018. 

>> A LIRE AUSSI -  Après la victoire de Trump, Martin Shkreli tient sa promesse et diffuse un album inédit de Wu-Tang Clan

De "l'humour maladroit"

L'avocat de Shkreli, le célèbre Benjamin Brafman, qui pendant le procès avait qualifié son client de "génie" incapable de relations normales avec les autres, a longuement plaidé auprès de la juge Kiyo Matsumoto pour éviter à son client la détention.

Coutumier de comportements bizarroïdes et de menaces voilées contre une journaliste, Shkreli s'était par ailleurs excusé mardi par écrit.

Dans sa lettre à la juge, il reconnaissait avoir fait preuve "de mauvais jugement" et d'"un humour maladroit" dans un message qu'il avait posté sur Facebook début septembre - depuis effacé - où il offrait 5.000 dollars à qui s'emparerait d'une mèche de la candidate démocrate malheureuse à la présidentielle américaine. 

La juge Matsumoto s'est néanmoins ralliée aux arguments du procureur, estimant que ses menaces répétées faisaient de lui un danger public.

Retrouvez-nous sur Facebook

Suivez-nous sur Twitter