Les nouvelles "reines du vin" allemandes défient la tradition

Fini les jeunes femmes blondes filles de propriétaires viticoles. En 2016, parmi les 13 "reines du vin" allemandes, chargées de représenter l'industrie, se trouvent une réfugiée syrienne et... un homme.
Ninorta Banho, 26 ans, a fui la Syrie il y a trois ans et demi. Elle est désormais reine du vin en Allemagne. REUTERS/Ralph Orlowski

Chaque année, le sud-ouest de l'Allemagne choisit ses "reines du vin", qui auront pour tâche de représenter l'industrie vinicole de leur région dans le pays, et en dehors. Depuis les années 30, le stéréotype de l'élue est celui d'une femme blonde en dirndl, si possible fille d'un propriétaire de vigne. En 2016, certaines localités jouent la carte de l'originalité. Le village de Kesten, à l'ouest du pays, n'a pas eu le choix... faute de candidates.

Même s'il n'héberge que 350 âmes, le village de Kesten vit au rythme du vin, raconte le site The Local. Impossible pour le maire qu'il n'ait pas sa reine du raisin fermenté. Malheureusement, les candidates ne se bousculent pas au portillon, si bien qu'une jeune femme a assumé le rôle trois années de suite.

Pour sauver la tradition, il n'y avait plus qu'un homme. "J'ai dit pour rire que je deviendrais la reine du vin", avait déclaré Sven Finke, un étudiant de 24 ans, rapporte NBC News. Vendredi, la blague est devenue réalité.

Le vin, facteur d'intégration

Au lieu d'une robe bavaroise traditionnelle et d'une couronne étincelante, le roi a décidé d'exercer son règne habillé en romain, en l'honneur de Bacchus, le dieu de la vigne et de l'ivresse. En un an, il assistera à près d'une vingtaine de festivals dédiés au vin, précise The Local.

La ville de Trèves est elle aussi allée à rebours de la tradition, cette fois par choix. Le 3 août, elle a couronné la première femme demandeuse d'asile de l'histoire des reines du vin. "Je voulais faire passer un message avec ce choix", a expliqué le président d'une association de vigneron à l'agence Reuters.

Ninorta Banho, 26 ans, a fui la Syrie il y a trois ans et demi et souhaite montrer que "l'Allemagne est un pays accueillant (...) qui travaille avec succès pour l'accueil des réfugiés". Après avoir suivi une formation express sur la fabrication du vin, la reine espère que son rôle "d'ambassadrice" l'aidera à s'intégrer dans la société qui l'a accueillie.