Le glyphosate "moins cancérigène" que la viande rouge ?

Un rapport parlementaire, qui sera publié jeudi 16 mai, assure que la cancérogénicité du désherbant controversé n'est pas prouvée.

Le glyphosate "moins cancérigène" que la viande rouge ?
Un rapport parlementaire, qui sera publié jeudi assurent que la cancérogénicité du désherbant controversé n'est pas prouvée. BFMTV

Un rapport sur le glyphosate, qui doit être rendu public ce jeudi 16 mai par une trentaine de parlementaires au Sénat, suscite déjà des controverses. L’étude menée par l’Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques (OPECST) temporise la dangerosité des pesticides et indique notamment que "le glyphosate est moins cancérogène que la charcuterie ou la viande rouge".

Dans ses conclusions, l'OPECST explique que "si le glyphosate a certainement beaucoup de défauts, aucune étude scientifique ne prouve formellement sa cancérogénicité ni en France, ni en Europe, ni dans le monde" a admis à La Dépêche du Midi Pierre Médevielle, vice-président de l'Office parlementaire avec le député de l'Essonne Cédric Villani.

À titre de rappel, le glyphosate, désherbant le plus utilisé au monde est classé "cancérigène probable" par le Centre international de recherche sur le cancer depuis 2015, une agence de l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Erreur lors du chargement du média :
Source introuvable

Pierre Médevielle, pharmacien de formation pourtant l'assure : "je serai parmi les premiers à réclamer son interdiction dès que les preuves scientifiques de sa nocivité seront apportées. Or, à la question : le glyphosate est-il cancérogène ? La réponse est non !" Il ajoute aussi que ce rapport se concentre sur des "études scientifiques", parmi lesquelles "des études menées à l'Agence européenne de sécurité alimentaire de Parme, à Bruxelles, à l'ANSES, agence la plus performante en Europe et probablement au monde".

Outre-Atlantique, la firme américaine Mosanto qui fabrique le célèbre désherbant le Roundup, a été reconnue responsable du cancer d'un ancien jardinier, Dewayne Lee Johnson. Il attribue sa maladie à l'herbicide qu'il a utilisé de nombreuses années. Il a remporté la somme de 81 millions de dollars.