Jeux olympiques de Pyeongchang: une patineuse artistique sauve un chien destiné à être mangé

Avant le début des jeux, les autorités sud-coréennes ont demandé aux douze restaurants du comté de Pyeongchang de supprimer la viande de chien pendant la durée des compétitions. Pour le moment, seuls deux d'entre eux ont accepté. 

Instagram @meganduhamel

C'est la belle histoire de ces jeux olympiques de Pyeongchang. La championne de patinage artistique canadienne Meagan Duhamel, grande favorite pour remporter une médaille d'or en couple à ces jeux d'hiver, a raconté cette semaine dans les médias anglo-saxons avoir sauvé un chien des casseroles d'un restaurant sud-coréen. 

Meagan Duhamel est coutumière du fait puisque, l'an dernier, alors qu'elle faisait du repérage dans la région pour les olympiades, elle avait déjà jeté son dévolu sur Mootae, un petit teckel de deux ans. Battu puis enfermé dans une cage sans nourriture ni eau, il était destiné à alimenter l'industrie de la viande de chien, très active dans le pays puisque près de deux millions de chiens y sont mangés chaque année. Les canidés y sont en général tués pour être servis en soupe dans les restaurants.

Vegan et amoureuse des animaux, la sportive avait choisi d'adopter le chien, par le biais de l'association Free Korean Dogs, qui facilite le rapatriement des chiens de Corée du Sud pour les Américains et les Canadiens. 

Mootae a depuis rejoint son domicile canadien, où il coule des jours heureux aux côtés de Theo, un beagle lui aussi adopté dans un refuge. L'athlète précise toutefois que ce deuxième chien ne pourra pas rejoindre son domicile personnel, déjà bien rempli. Elle souhaite aujourd'hui inviter les autres sportifs à en faire de même. 

Un vrai gagne-pain en Corée du Sud

Avant le début des jeux, les autorités sud-coréennes ont demandé aux douze restaurants du comté de Pyeongchang de supprimer la viande de chien pendant la durée des compétitions. Pour le moment, seuls deux d'entre eux ont accepté. 

"Certains d’entre eux ont remplacé le chien par du porc et ont vu leurs ventes s’écrouler. Ils sont donc revenus à la vente de chien, confiait un responsable du gouvernement local à l'AFP.