Espagne: polémique autour d'un "kit" municipal pour sniffer la cocaïne

La ville de Bilbao, dans le nord de l'Espagne, est prise dans une polémique autour de documents municipaux expliquant aux toxicomanes comment "bien" sniffer de la cocaïne.

Capture d'écran twitter

"Hache bien ton rail", "si (la drogue) est mal hachée, tu peux abîmer tes fosses nasales", pouvait-on lire sur des cartes au format de carte bancaire distribuées à des consommateurs potentiels, dans des points d'information municipaux sur les drogues et la sexualité. 

C'est une authentique sottise de donner une espèce de 'kit' de consommation avec un slogan aussi léger et frivole", s'indignaient mardi les conservateurs du Parti populaire dans un communiqué, estimant qu'il risquait d'en banaliser l'usage.

Le matériel a été distribué lors de la semaine de festivités de Bilbao, du 19 au 27 août, "quand on constatait que c'était une personne cocaïnomane ou qui allait consommer ce soir", a expliqué à l'AFP un porte-parole des services de santé de la ville basque.



Une centaine distribuée

"On ne le donnait pas à la première personne venue", a-t-il ajouté, précisant que la décision de remettre ces cartes était prise après des entretiens personnalisés avec des experts en drogues et sexualité. "Ce qui importe, c'est que ces points d'information personnalisée permettent de réduire les risques associés à la consommation", a déclaré pour sa part à l'agence Europa Press la responsable locale de la Santé, Yolanda Diez.

"Très peu" de ces documents avaient été distribués, "autour de cent", a aussi assuré le porte-parole sans être en mesure de donner le chiffre exact.

Plusieurs régions espagnoles, comme celle de Madrid ou la Catalogne, ont mis en place des programmes destinés aux toxicomanes comme la fourniture de seringues neuves aux usagers de drogues par injection, visant notamment à minimiser les risques de contamination par le VIH.

En 2015, 9,1% des Espagnols de 15 à 64 ans déclaraient avoir consommé de la cocaïne au moins une fois dans leur vie, le deuxième taux le plus élevé de l'Union européenne selon l'Observatoire européen des toxicomanies et des drogues après l'Angleterre et le Pays de Galles.