En Inde, Saddam Hussain n'arrive pas à trouver du travail

Un Indien de 25 ans appelé Saddam Hussain a essuyé plusieurs dizaines de refus d'employeurs à cause de son nom. Pour avoir la chance qu'il mérite, il l'a fait changer légalement.
Une personne montre le portrait de Saddam Hussein, à Istanbul le 2 janvier 2007 (photo d'illustration). afp.com/Mustafa Ozer

Pour le grand public, le nom de Saddam Hussein est associé au dictateur pendu en décembre 2006, trois ans après l'invasion de l'Irak par l'armée américaine. Depuis, la vie des homonymes du dirigeant baasiste n'est pas tous les jours facile. En Inde, le nom d'un certain Saddam Hussain, avec un "a", l'empêche depuis deux ans de trouver un travail en tant qu'ingénieur du génie maritime.

Pourtant, rien n'indique que le jeune homme de 25 ans a l'intention de régner sans partage sur ses concitoyens un jour ou l'autre. Deux ans après la fin de son cursus à la Noorul Islam University, dans l'Etat du Tamil Nadu, Hussain a essuyé pas moins de 40 refus après des entretiens d'embauche. Il doit son nom à son grand-père, qui espérait voir son petit-fils devenir une personne "positive". Sans lui en vouloir, le premier concerné constate que ce nom lui a attiré plus d'ennuis que de perspectives.

L'administration traîne les pieds

Alors que ses camarades de classe trouvaient un emploi les uns après les autres, Saddam Hussain restait sur le carreau. Il s'en est ouvert aux responsables des départements ressources humaines, qui lui ont confié que son nom était une réelle source d'hésitation. Un membre d'équipage avec un tel prénom risquerait de créer des problèmes à certaines frontières, s'est-il vu répondre, rapporte le Hindustan Times.

"Si l'employé doit voyager régulièrement, il risque d'être souvent bloqué [aux frontières] et l'entreprise devra intervenir à chaque fois pour le sortir de cette situation, ce qui s'avérera laborieux", a confirmé au journal indien une entreprise spécialisée dans le recrutement. Pour ne pas laisser son nom mettre en péril l'avenir que lui promettaient ses brillantes études, Saddam Hussain est légalement devenu Sajid Hussain. Il doit maintenant se battre avec l'administration universitaire, qui traîne les pieds pour changer son identité sur ses certificats d'inscription. Il s'est maintenant adressé à la justice pour qu'elle force la main aux autorités éducatives. "Je suis la victime des crimes de quelqu'un d'autre", se lamente l'ex-Saddam devenu Sajid auprès du Hindustan Times.