Elon Musk dément avoir licencié une assistante car elle demandait une augmentation

Le milliardaire américain est intervenu sur Twitter pour nuancer une information selon laquelle il aurait licencié une de ses assistantes qui demandait une augmentation.
L'entrepreneur Elon Musk, patron de SpaceX et Tesla, le 19 juillet 2017 à Washington. afp.com/Brendan Smialowski

Il a préféré donner sa version. La biographie, dédiée à Elon Musk et intitulée Elon Musk: Tesla, SpaceX, and the Quest for a Fantastic Future, est sortie il y a plus de deux ans. Pourtant, une anecdote, relancée dans un article de Business Insider, a fait du bruit ces derniers jours. Son auteure, Ashley Vance, affirme que le patron de Space X et Tesla a licencié une employée qui souhaitait être augmentée. Le milliardaire a tempéré cette information sur Twitter, vendredi.

Deux semaines d'"absence-test"

Mary Beth Brown, assistante d'Elon Musk pendant douze ans chez Space X, aurait été licenciée après avoir demandé une réévaluation de son salaire. Ashley Vance raconte qu'il lui aurait demandé de prendre un congé d'"absence-test" de deux semaines. Un temps pendant lequel il aurait lui-même assumé ses responsabilités pour se rendre compte si elle était vraiment essentielle à sa réussite.

L'article aurait peut-être pu passer inaperçu si quelques heures après sa publication, le site Jalopnik n'avait pas relayé un texte publié en 2015 par l'ex-épouse d'Elon Musk. Dans ce post, Justice Musk relate cette même histoire.

Une info non vérifiée?

Le patron de Space X a posté un premier message dans lequel il affirme que la biographie est "en grande partie correcte", mais aussi "truffée d'erreurs et de faits jamais vérifiés", malgré de "nombreuses demandes" de sa part. Avant d'ajouter que de toutes les anecdotes du livre, c'est celle-ci qui le trouble le plus car, selon lui, l'auteure n'a jamais pris la peine de le contacter ni son ex-assistante.

Il s'est ensuite justifié en expliquant que le profil "généraliste" de Mary Beth Brown ne convenait plus à l'évolution de l'entreprise. Et de préciser qu'elle avait "reçu l'équivalent de 52 semaines de salaires en guise de compensation".

Elon Musk n'a toutefois pas évoqué les semaines d'absence-test, ni entièrement nié la demande d'augmentation de son employée. De son côté, Mary Berh Brown n'a pour l'instant pas encore donné sa version de l'histoire.