EgyptAir lance ses premiers vols avec du personnel 100% féminin

Les deux premiers vols de la compagnie aérienne egyptienne ne comptant que du personnel féminin à bord ont décollé mercredi dernier. La direction d'EgyptAir entend désormais encourager davantage de femmes à faire carrière dans l'aviation civile.
Pour la première fois, deux vols avec des personnels de bord 100% féminin ont décollé en même temps d'un aéroport identique: c'était le 22 mars au Caire (capture d'écran). YouTube/EGYPTAIR

Alors que l'ensemble des compagnies aériennes du monde n'emploient que 3% de femmes pilotes ou copilotes, la journée de mercredi dernier avait une dimension particulière sur l'aéroport internationale du Caire. Ce 22 mars, deux vols d'EgyptAir en partance pour les Emirats Arabes Unis et le Koweit comptaient à leur bord un personnel 100% féminin.

L'an dernier, un vol de Royal Brunei Airlines était déjà composé d'un équipage où il n'y avait que des femmes, mais c'est la première fois que deux vols de ce type prennent en même temps la voie des airs. Le geste est clairement symbolique: il traduit la volonté de la compagnie aérienne égyptienne de s'engager dans une politique à long terme.

Encourager des femmes à faire carrière dans l'aviation

Le capitaine Sherif Ezzat, membre de la direction d'Egyptair, explique ainsi que ces vols visent à "encourager davantage d'Egyptiennes à poursuivre des carrières en aviation. Cela devrait être très inspirant pour toutes les femmes du monde entier, les femmes de l'aviation et en particulier la femme égyptienne".

Actuellement, la compagnie compte douze femmes pilotes ou copilotes mobilisés sur différents types d'avions. A titre de comparaison, The Independent indique qu'au Royaume-Uni, seul un vol sur 300 est, en moyenne, piloté par deux femmes. 17 le sont par un binôme mixte... et le reste par un duo masculin.

Organisés dans le prolongement de la journée internationale des droits des femmes, les deux vols programmés mercredi étaient aussi une occasion pour le gouvernement de communiquer sur l'autonomisation des Egyptiennes. Et pour cause: 2017 a été officiellement présentée comme l'année de la Femme dans ce pays.

Les Egyptiennes dans une situation paradoxale

Pour autant, si le ministre égyptien de l'Aviation civile, Sherif Fathi, a déclaré que son ministère les considérait comme des partenaires indispensables dans tous les aspects des secteurs de l'aviation civile, la situation des femmes reste assez complexe dans ce pays.

Depuis le début d'année, plusieurs activistes qui dénoncent les violences dont les Egyptiennes font l'objet sont les cibles du gouvernement.

TV5 Monde rapporte ainsi que Mozn Hassan et son organisation Nazra (Regard, en arabe) et Azza Soliman, pivot du CEWLA (Center for Egyptian Women's Legal Assistance - centre pour une assistance juridique aux Egyptiennes), sont décrites par Le Caire comme des "espionnes", mais aussi des personnes qui "mettent en danger la sécurité du pays", et incitent à la "libération irresponsable" des femmes.