Cigares, champagne... Les drôles de cadeaux exigés par Benjamin Netanyahu

Selon plusieurs médias israéliens, le Premier ministre et son épouse auraient à plusieurs reprise réclamé des faveurs de la part d'hommes d'affaires.
Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu préside la réunion hebdomadaire du gouvernement le 7 novembre 2017 afp.com/Ariel Schalit

Les révélations sur le train de vie de Benjamin Netanyahu, visé par une enquête sur des cadeaux illégaux qu'il aurait perçu de la part d'hommes d'affaires, continuent. Selon plusieurs médias israéliens, le Premier ministre et son épouse réclamaient régulièrement des cigares et du champagne gratuit à leurs interlocuteurs, raconte The Guardian.

Ces révélations, relayées par les chaînes Aroutz 2 et 10, viennent de fuites de rapports des enquêteurs, et ce, alors que Netanyahu a été entendu une cinquième fois la semaine dernière. Les rapports en question relatent le témoignage de Hadas Klein, une assistante de James Packer, propriétaire de casinos australien, et du producteur hollywoodien Arnon Milchan, deux proches du Premier ministre.

"Il devait fournir aux Netanyahu ce qu'ils désiraient"

Selon elle, alors que Netanyahu présente ces dons comme un échange de bons procédés entre amis, le couple serait en réalité systématiquement demandeurs de ces faveurs. "Il était entendu qu'Arnon Milchan devait fournir aux Netanyahu ce qu'ils désiraient", raconte Klein, mentionnant même l'existence d'un chauffeur spécifiquement employé pour livrer du champagne et des cigare au couple.

Sara Netanyahu aurait également sollicité des services de la part des deux hommes d'affaires. "Elle voulait un inspecteur en bâtiment qui avait travaillé avec Packer et Milchan pour venir vérifier avec des professionnels, des fuites dans la résidence officielle", témoigne Hadas Klein. Devant le refus de cette dernière, Sara Netanyahu aurait crié "que Milchan et moi l'humiliaient, ainsi que Benjamin", raconte-t-elle, ajoutant que le Premier ministre, furieux, lui avait assuré que le couple avait "reçu des conseils juridiques et que tout est permis".

De fausses informations selon le gouvernement

Selon plusieurs sources impliquées dans l'enquête et citées par le quotidien israélien Haaretz, le témoignage de Klein est "dramatique". Toujours selon le journal, le montant total des dons perçus par le couple serait d'une valeur estimée entre 180 000 et 200 000 euros.

"Le fléau des fausses informations continue. Ce dont sont accusés le Premier ministre et sa femme est faux. Ils ont agi en respect de la loi, donc il n'en sortira rien", a réagi un porte-parole du Premier ministre.