Carlos Ghosn de nouveau arrêté au Japon

L'ex-PDG de Renault-Nissan a été arrêté à son domicile pour de nouveaux soupçons de malversations financières.
Carlos Ghosn de nouveau arrêté au Japon pour des soupçons de malversations financières
L'ex-PDG de Renault-Nissan a été arrêté à son domicile pour de nouveaux soupçons de malversations financières. RMC

Carlos Ghosn a été interpellé ce jeudi 4 mars au matin à son domicile de Tokyo pour de nouveaux soupçons de malversations financières, à peine un mois après avoir été libéré sous caution. Les enquêteurs du bureau des procureurs de la capitale japonaise se sont rendus au petit matin à son immeuble.

Selon la chaîne nippone NHK, cette quatrième arrestation "extrêmement rare" intervient alors que Carlos Ghosn avait annoncé mercredi 3 avril via Twitter son intention de faire une conférence de presse le 11 avril prochain. Dans une déclaration transmise à l'AFP, l'ex-dirigeant de Renault-Nissan a jugée cette arrestation "révoltante et arbitraire". "Pourquoi venir m'arrêter alors que je n'entravais en rien la procédure en cours, sinon pour me briser ? Je suis innocent de toutes les accusations infondées portées contre moi et des faits qui me sont reprochés", a-t-il lancé.

Erreur lors du chargement du média :
Source introuvable

Il est soupçonné d'avoir utilisé la réserve du PDG de Nissan pour des transferts d'argent de plus de 30 millions de dollars à un distributeur de véhicules Nissan à Oman. Parmi ce montant, une partie lui serait revenue indirectement, selon une source proche du dossier. Avec ces fonds, il aurait acheté un yacht et investit dans une société dirigée par son fils aux États-Unis. Par ailleurs, ces derniers jours, des flux financiers similaires ont été signalés par Renault à la justice française, à l'issue d'une enquête interne du constructeur.

Dans une interview auprès de LCI, peu de temps avant son interpellation, Carlos Ghosn en appelle au gouvernement français pour le défendre. "Je suis combatif, je suis innocent, c’est dur, il faut le savoir, et je fais appel au gouvernement français pour me défendre, pour préserver mes droits en tant que citoyen pris dans un engrenage incroyable à l’étranger" a-t-il dit. Il dénonce également un complot mené par "quelques personnes à l'intérieur de Nissan".