Affrontements à Hong Kong, la tension monte encore d'un cran

Une nouvelle manifestation à l'aéroport a dégénéré, mardi 13 août 2019, tandis que les troupes de l'armée chinoise se sont positionnées à la frontière de la cité-état. La situation devient de plus en plus préoccupante. 
Affrontements à l'aéroport de Hong Kong
De nouveaux affrontements entre manifestants et forces de l'ordre ont eu lieu hier à Hong Kong RMC

Le régime veut serrer la ceinture

Voici plus de deux mois que des manifestations se déroulent de façon quasi-quotidienne à Hong Kong. Des milliers d'habitants défilent dans les rues, pour réclamer la fin de l'ingérence du gouvernement chinois dans la vie politique et sociétale hongkongaise. Les manifestants sont d'ailleurs appelés "pro-démocratie". Très organisés et porteurs de nombreuses revendications, ceux-ci s'attirent les foudres du régime, qui a proféré des menaces on ne peut plus claires la semaine dernière, déclarant que "ceux qui mettent le feu périront par le feu". Plus récemment, la compagnie Cathay Pacific annonçait que ses employés qui soutiendraient ou participeraient aux manifestations pourraient être licenciés. Des menaces qui n'ont pas calmé le jeu, bien au contraire, au regard des événements survenus hier...

Erreur lors du chargement du média :
Source introuvable

La crainte d'une intervention militaire

Dans ce reportage diffusé sur RMC, on découvre Cci Chan, une manifestante éborgnée, qui affirme que les policiers ont débuté les affrontements. Dans le chaos retransmis par les images, on voit un agent de la brigade anti-émeute être passé à tabac, ainsi que ce qui semble être un policier en civil. Des images qui rappellent fortement ce que l'on a pu voir en France durant les manifestations des Gilets Jaunes. Des scènes de violence qui ont été dénoncées par certains habitants de Hong Kong et plusieurs manifestants, et que les médias chinois diffusent en boucle afin de gagner la bataille de l'opinion. Mais le plus inquiétant, c'est la menace d'une intervention de l'armée, les troupes s'étant postées à la frontière, d'après Donald Trump (qui n'est pas vraiment la plus fiable des sources d'information...) et surtout de nombreux médias. 

Après plus de deux mois de rassemblements et manifestations, la situation à Hong Kong semble être à un tournant qui pourrait s'annoncer décisif... et tragique.